Publié

Affaire DSKStrauss-Kahn avait bel et bien l'intention d'être candidat pour 2012

DSK avait bel et bien décidé d'être candidat à l'élection présidentielle française de 2012, selon des propos prononcés par le patron du FMI en avril dernier et dévoilés mercredi par le quotidien français Libération. Le socialiste se disait «calme».

Selon Libération, DSK avait bel et bien décidé d'être candidat à l'élection présidentielle française de 2012,

Selon Libération, DSK avait bel et bien décidé d'être candidat à l'élection présidentielle française de 2012,

Keystone

Dans un entretien qui n'avait pas vocation à être publié, Dominique Strauss-Khan disait en avril dernier se faire «un devoir (d'être candidat) pour un pays qui va tellement mal», rapporte Libération mercredi, qui dévoile ces propos compte tenu des circonstances.

«Je suis aujourd'hui la concordance de tout ce que veulent les Français, la compétence reconnue, le calme, l'expérience internationale», avait encore ajouté Dominique Strauss-Kahn. «La France est en déclin, pas en décadence», disait le socialiste.

DSK est critique dans cet entretien avec Nicolas Sarkozy, qui a «cassé les principaux repères du modèle français». Le socialiste exprimait des réserves quant aux qualités du chef de l'Etat français, à qui il reprochait de «jouer le coup d'après sans avoir fini de réfléchir au précédent» et de «ne pas aller au bout des choses». Accord avec Martine Aubry

Dominique Strauss-Kahn confirmait aussi dans l'article avoir passé une sorte de pacte avec Martine Aubry, mais implicite. «Nous n'avons pas échangé notre sang comme dans une cour de récréation, il aurait été suicidaire d'être candidats l'un contre l'autre», disait- il.

Il lui promettait «un rôle très important dans la campagne», mais se montrait plus sévère avec François Hollande, qui, selon lui, avait «fait une connerie» en présentant sa candidature aux primaires. «Le vainqueur de la primaire n'est tenu à rien par rapport à celui qui est arrivé second», disait encore DSK.

(ATS)

Ton opinion