Actualisé 21.01.2020 à 11:21

Streaming légal en Suisse: c'est le bazar, alors on vous guide

Vidéo

Il est déjà loin le temps où Netflix représentait la seule option pour pouvoir «binger» la conscience légère. Évaluation du roi et de ses prétendants en attendant l'arrivée, le 24 mars, de l'ogre Disney+.

par
LeMatin.ch
Multiplication des offres de vidéo en flux continu sur tous nos écrans. Nous sommes arrivés dans l'ère de la multiplication des services et des abonnements.

Multiplication des offres de vidéo en flux continu sur tous nos écrans. Nous sommes arrivés dans l'ère de la multiplication des services et des abonnements.

Amis des séries (surtout) et des films (un peu) à domicile, l'heure est grave. Le temps où les amateurs de contenus de qualité devaient passer par la case «piratage» faute d'alternative légale en Suisse est passé. Mais aussi le temps où Netflix – et son catalogue pléthorique – comblait la lacune quasiment à lui seul. Nous somme arrivés dans l'ère de la multiplication des services et du morcellement des contenus...

Pour permettre de s'y retrouver, voici notre comparatif de ce qui existe actuellement pour les Romands prêts à payer (un peu) pour pouvoir accéder à un catalogue décent de fictions et de documentaires. Nos critères de sélection:

  • Le service doit être principalement basé sur un abonnement «à gogo» qui donne libre accès à l'ensemble du catalogue, via une application ou assimilé.
  • Le service doit proposer un abonnement sans engagement et dont la résiliation est aussi simple et rapide que l'inscription.
  • Les services de location de films et de séries à l'unité du type VOD (vidéo à la demande) n'entrent pas en ligne de compte.

----------

Netflix

Service américain disponible sur pratiquement toutes les plate-formes connectées (PC, tablettes, smartphones, télés, Xbox One, PS4). Prix mensuel janvier 2020: de 11,90 fr. à 21,90 fr. selon les prestations.

Atouts

  • Volume de l'offre.
  • Nombreuses séries de qualité de tous genres et pour tous les goûts.
  • Une interface claire et ergonomique.
  • Catalogue de productions originales et de prestige impressionnant.
  • Doublage, sous-titres: chaque vidéo est parfaitement adaptée à un public francophone.
  • Qualité des vidéos optimales. 4K impressionnante.
  • Sauf exception, livraison de tous les épisodes en un bloc. Génial pour les week-ends pluvieux.

Faiblesses

  • L'abonnement le plus complet est plus cher que le plus cher de la concurrence.
  • A quelques exceptions près, pour le meilleur des films et des séries françaises, il faut aller voir ailleurs.
  • Quelques vignettes bizarrement en allemand
  • En dehors des productions maison, le catalogue cinéma est soumis à la chronologie des médias imposée par la France. La plupart des films qui entrent en liste arrivent généralement entre 2 et 3 ans après leur sortie en salle. Ce délais imposé affecte l'ensemble des services similaires.

----------

Prime Video

Service américain géré par Amazon, disponible sur pratiquement toutes les plate-formes connectées. Prix mensuel: 5,99 euros (6,44 francs).

Atouts

  • Catalogue global de séries et de films inférieur en quantité à celui de Netflix mais loin d'être pauvre
  • Catalogue de productions originales et de qualité en forte progression.
  • Excellente qualité globale du streaming.
  • Offre 4K comprise dans l'abonnement de base.
  • Prix très raisonnable

Faiblesses

  • Interface très inspirée de Netflix... en plus foutraque.
  • Choix des langues (doublage ou vo avec sous-titres) pas aussi user friendly que Netflix .
  • Présence d'une version originale, du doublage et des sous-titres français loin d'être 100% sûre. C'est (trop) souvent tantôt l'un, tantôt l'autre.
  • Bugs typiquement helvétiques: des contenus allemands inadaptés au public francophone mélangés au reste.

----------

Ciné Series by Canal

Service français géré par Canal+ Suisse. Disponible via l'application myCANAL (iOS et Android). Testé sur Apple TV. Prix mensuel: 19 francs.

Atouts

  • Porte d'entrée pour accéder à certaines séries de prestige non disponibles ailleurs, notamment celles de la chaînes HBO (via OCS)
  • Il s'agit du seul service à proposer un bouquet de chaînes de TV traditionnelles en direct, en plus d'un catalogue de films et de séries à gogo.
  • Interface et navigation sans éclat mais satisfaisante en terme d'ergonomie.
  • Pas de germanismes intrusifs.
  • Catalogue de films français – anciens et récents – plus attractif que la concurrence.

Faiblesses

  • Comparativement, encore un peu cher
  • Bizarrement, il faut souscrire un autre abonnement pour avoir accès en différé aux séries de prestige en cours de diffusion sur Canal+ («Platane S3», «The New Pope»...)
  • D'une manière générale, la logique de ce qu'on obtient et de ce qu'on n'obtient pas selon l'abonnement souscrit nous échappe toujours un peu.
  • La qualité des vidéos est très inégale. Compression souvent très visible pour tous les contenus qui ne sont pas en 4K. Les séries en provenance de HBO («Watchmen» et bientôt la saison 3 de «Westworld»), méritent en particulier un meilleur traitement.

----------

Apple TV+

Service américain proposé par Apple disponible sur PC, Mac et appareils iOS. Prix mensuel: 6 francs. Testé sur Apple TV.

Atouts

  • Interface élégante. Ergonomie satisfaisante.
  • Streaming vidéo irréprochable en HD et en 4K
  • Doublage, version originale et sous-titres français à tous les étages. Pas de perdants.
  • Catalogue de lancement ambitieux, composé en grande majorité de séries à gros budget.
  • Petit prix

Faiblesses

  • Service récent, qui démarre à partir de rien. Que du neuf, certes, mais il y a un méchant courant d'air dans le catalogue
  • La suite arrive au compte-goutte.
  • Apple a certes les reins solides mais la pérennité du service est encore incertaine

----------

StarzPlay

Service américain dérivé de la chaîne de télévision Starz active sur les réseaux câblés nord-américains. Ses contenus sont intégrés en Suisse dans l'app Apple TV. Prix mensuel: 7.-

Atouts

  • Ergonomie satisfaisante.
  • Streamings vidéo de qualité correcte, sans plus
  • Quelques séries exclusives valent le détour.

Faiblesses

  • Doublage, sous-titres français... Ne cherchez pas trop, leur présence tient de la loterie.
  • Starz n'est pas HBO
  • Certaines séries (exemple, «Pennyworth») se trouvent aussi sur Amazon Prime, et en meilleur état.

----------

Disney+

Service américain récent (lancé aux Etats-Unis fin 2019), qui marque l'entrée de l'ogre Disney sur un marché du streaming vidéo en phase d'engorgement. Il est attendu le 24 mars 2020. Prix mensuel: 9,90 fr. Avec une offre à 99 fr. par an.

Atouts

  • Disney, Pixar, Marvel, 20th Century, National Geographic... les catalogues dans lesquels Mickey est susceptible de puiser semblent sans fond. Sans parler des licences (exemple, «Star Wars») déclinables en séries (ex, «The Mandalorian»).
  • A 9,90 fr. par mois, le prix d'abonnement est agressif le temps de se faire une place au soleil à grands coups de millions de brouzoufs.

Faiblesses

  • Compte tenu de l'orientation très grand public de la multinationale, on peut craindre une déferlante de contenus tièdes et tout juste espérer quelques vaguelettes d'audace.

Un service de streaming vidéo sur abonnement digne d'intérêt et accessible depuis la Suisse nous a-t-il échappé ou a-t-il été négligé? N'hésitez pas à le faire savoir dans la zone «Commentaires».

Jean-Charles Canet

Il est revenu le temps du piratage

Plus de plateformes, plus de contenus, plus de choix, c'est cela que nous apporte la multiplication des services de vidéo par abonnement. Mais pour qui a succombé aux beaux yeux de «La fabuleuse Mme Maisel» (Prime Video), à la brillante construction de «Watchmen» (HBO - OCS - My Canal), aux fastes de «The Crown» (Netflix), aux duels au sommet de «The Morning Show» (Apple TV+) et qui ne demande qu'à payer son écot dans le coffre de l'oncle Picsou pour accéder enfin à «The Mandalorian» (Disney+) en fastueuse 4K, cet éclatement pose problème.

Après les Etats-Unis et la France, la Suisse est désormais touchée de plein fouet par la multiplication explosive des petits pains en sucre et donc des souscriptions...

Première conséquence de cet effet pervers mais logique, le retour en force du piratage. Diverses études statistiques le démontre: le téléchargement ou le streaming est à nouveau en croissance après une brève période de stagnation, voire pour les fichiers Torrent, de régression.

JChC

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!