Football - Suisse – Finlande: les notes
Actualisé

FootballSuisse – Finlande: les notes

De 3 à 7: découvrez les notes du Matin après la victoire 3-2 de la Nati mercredi soir.

par
Robin Carrel
Freshfocus

Jonas Omlin - 5

Deux tirs cadrés, deux buts encaissés. Pas forcément toujours sûr de son jeu au pied sur la difficile pelouse du kybunpark, il a manqué son intervention sur le 1-0 et a tremblé trop facilement sur les rares incursions finlandaises.

Eray Cömert – 3

Le défenseur bâlois a fait peur, à St-Gall. Il a été transpercé les rares fois que ses adversaires sont venus vers lui. Il n’a même pas tenté d’apporter le surnombre, même s’il y avait des boulevards devant lui. Dur.

Nico Elvedi – 5

Ça n'a pas été simple pour lui, au milieu de ses deux compères défenseurs centraux. Le joueur de “Gladbach” aurait pu mieux tenir la baraque lors des 10 minutes de tempête et surtout davantage calmer et orienter le jeu.

Loris Benito – 5

L’arrière des Girondins de Bordeaux n’a pas vraiment été mis en difficulté dans le jeu, mais sa capacité à déborder et centrer aurait dû lui permettre d’aller quelques fois soulager Zuber. Il ne bouscule pas la hiérarchie.

Kevin Mbabu - 4

Que les derniers matches du Genevois ont été frustrants… Contre la Finlande, il a de nouveau eu de la peine à maîtriser le ballon et n’a jamais réussi à porter le danger devant le but. Sa capacité à enchaîner les courses sur son côté ne cache plus son déchet technique.

Djibril Sow - 5

Le milieu de terrain de l’Eintracht Francfort est frustrant, lui aussi. On sent qu’il est capable de belles choses, mais n’arrive toujours pas à les exprimer, même s'il est le passeur sur le premier but. Il a coûté le 1-2 en perdant le ballon et en concédant un penalty largement évitable.

Denis Zakaria – 5

On lui mettrait presque un 4 sans Xhaka à ses côtés et un 6 quand le capitaine est entré. En même temps, s’il évolue trop bas par rapport à ses qualités, il est difficile de s’exprimer. Redeviendra indispensable quand il aura repris le rythme.

Edimilson Fernandes - 5

Le Valaisan n'a de loin pas été transcendant et montré quelques lacunes techniques. Il n'a toutefois pas été aidé, lui qui a commencé comme milieu relayeur, joué ensuite un moment latéral droit, avant de revenir terminer la partie dans l'axe. Au moins, il a une bonne capacité d'adaptation!

Steven Zuber - 6

Ah si son niveau technique était à la hauteur de son engagement de tous les instants… En première période, alors que les siens étaient dans le dur, il a été un des rares à essayer de frapper et de centrer. Même si ça n’a que rarement été couronné de succès.
Xherdan Shaqiri - 7

Quel bonheur de voir la star de l’équipe de Suisse enfin en forme physiquement. C’est encore une fois lui qui a amené l’ouverture du score des siens. Il a ensuite beaucoup couru, allant même presser la défense finlandaise tout seul!

Mario Gavranovic – 7

Le Tessinois est un élément sur lequel Vladimir Petkovic peut s’appuyer les yeux fermés. Qu’il soit remplaçant, titulaire ou en tribunes, il ne dit rien. Et quand il joue, il est une menace constante. Un but et un poteau mercredi, lors de la moins bonne période de la Suisse.

Manuel Akanji – 6

Le défenseur de Dortmund est en grande forme. Après qu’il a relayé Elvedi à la pause, son équipe a tout de suite semblé un peu plus sereine, quand il s’est agi de faire tourner le ballon avant de passer à l’attaque.

Granit Xhaka – 7

Son entrée après le thé a tout simplement transfiguré sa sélection. Il a distribué le jeu avec ses pieds et orienté ses compatriotes avec la parole. C’est ça, un patron. On attend tout de même encore et toujours une bonne frappe de loin…

Christian Fassnacht – 5

Il y a plus simple que remplacer poste pour poste Xherdan Shaqiri… Mais alors que la Suisse avait commencé à dominer, le milieu d’YB n’a pas fait la moindre différence entre les lignes finlandaises.

Ruben Vargas – 7

Entré à la 55e minute, l’ailier d’Augsbourg a encore une fois apporté une qualité qu’il est un des seuls Suisses à avoir: fixer la défense adverse et créer des différences. Il a été récompensé par l’égalisation et est en train de se rendre indispensable.

Haris Seferovic – 7

Même s’il n’est entré qu’à 23 minutes de la fin, il avait encore faim de but. Le buteur de Benfica a décroché, été gratter des ballons dans le jeu aérien, été un peu roublard et a fini par marquer le but décisif dans le «money-time». Clutch!

Sandro Widmer, entré à moins d’un quart d’heure de la fin, n’a pas assez joué pour être noté.

Votre opinion