Hockey sur glace: Suisse - Lettonie: l'analyse détaillée
Publié

Hockey sur glaceSuisse - Lettonie: l'analyse détaillée

L'équipe de Patrick Fischer a dominé la Lettonie grâce à un box-play bien en place. Et Nico Hischier, aussi. «Le Matin» a décortiqué ce deuxième match du Mondial.

par
Grégory Beaud
Bratislava
Nico Hischier a débloqué la situation lors de l'ultime période.

Nico Hischier a débloqué la situation lors de l'ultime période.

Le championnat du monde de l'équipe de Suisse est cette fois-ci bel et bien lancé. Après la promenade de samedi contre l'Italie (9-0), les vice-champions du monde ont dû s'employer pour venir à bout d'une coriace et teigneuse équipe de Lettonie. Quelles sont les individualités de la formation de Patrick Fischer à s'être mises en avant? Analyse.

----------

Comment a joué la Suisse?

Contrairement à la veille face à l'Italie, l'équipe de Suisse a eu droit à un vrai défi physique et ne s'est pas défilée. Bien au contraire. A l'image de Roman Josi (vidéo ci-dessous), les attaquants lettons (ici Ronalds Kenins) ont été bien bloqués dans les bandes. Problème? Les joueurs de Patrick Fischer ont eu tendance à ne pas suffisamment bouger les pieds pour rester devant leurs opposants. Résultat? Plusieurs pénalités évitables ont été sifflées. Il s'agit du principal point sur lequel il faudra insister en vue de la suite du tournoi. Le jeu de transition a été précieux grâce à l'appui constant de défenseurs très impliqués. Ce n'est pas un hasard si la Suisse a largement plus tiré aux buts que la Lettonie (37-21).

Le jeu de puissance a failli coûter le match. Si le puck a bien vécu, les tirs n'ont finalement que rarement été dangereux. On peut regretter la grosse chance de Gaëtan Haas en première période sur une passe géniale de Philipp Kurashev. Et que dire des deux pleines minutes à 5 contre 3? Cela n'a heureusement pas porté à conséquence. La marge de progression dans cette situation spéciale est immense.

Un but encaissé sur une combinaison bien réalisée des Lettons. Mais hormis cette exécution parfaite, la boîte de l'équipe de Suisse a fait un excellent job autour d'un Leonardo Genoni tout aussi appliqué. Si les Helvètes ont pu sourire en fin de soirée, c'est en très grande partie grâce à son jeu en infériorité numérique durant plus de dix minutes.

----------

Les notes des joueurs

L'homme du match: Nico Hischier- 18'21'' de jeu, 1 but

Auteur du 2-1 décisif, le centre des New Jersey Devils a haussé son niveau de jeu par rapport au match face à l'Italie. Sa protection du puck a fait merveille dans les coins. Et son sens du but a fait le reste. Une très belle prestation avec une présence de tous les instants en zone offensive (5 tirs cadrés).

Cette action résume parfaitement son emprise sur le jeu et l'impact qu'il peut avoir. Nico Hischier sent le jeu comme personne et donne un puck parfait à Romain Loeffel. Sur le rebond, le Haut-Valaisan est proche d'ouvrir la marque.

Roman Josi- 23'46, 1 assist

De loin le plus grand temps de jeu de l'équipe pour livrer une prestation terriblement aboutie. Contrairement à la veille, le Bernois a cette fois-ci été vraiment sollicité. Il a donné le ton physiquement et ses remontées de puck sont toujours aussi percutantes. Un excellent match dans son ensemble.

Grégory Hofmann- 12'47 - 1 but

Le futur joueur de Zoug possède cette capacité quasi innée de toujours se trouver au bon endroit au bon moment. Son flair lui a permis d'ouvrir la marque. La ligne qu'il compose avec Kurashev et Martschini a apporté de la percussion. Il n'avait pas la mire totalement réglée et a plusieurs fois manqué le cadre. Mais l'implication et le volume de jeu sont plus qu'encourageants.

Leonardo Genoni- 20 arrêts sur 21 tirs

Après Reto Berra, c'est autour du futur portier de Zoug de sortir un excellent match. Brassé à plusieurs reprises par les attaquants lettons, il a su rester concentré. En troisième tiers-temps, c'est lui qui tient la Suisse dans le match.

Vincent Praplan- 17'06, 1 assist

Si Hischier brille autant, c'est grâce au travail de l'ombre du Valaisan. Son tir bloqué de la 4e en est l'illustration parfaite. Joueur offensivement doué, il est consciencieux dans sa zone. Le but décisif de Hischier est aussi tombé grâce à son activité devant le gardien adverse.

Simon Moser- 12'43 de jeu - 1 but

Il fait tout! Très utile à 4 contre 5, «Simu» n'est pas en reste lorsqu'il faut contenir les attaques adverses grâce à une belle rigueur en zone neutre. Il forme, avec Andres Ambühl et Gaëtan Haas, un trio particulièrement complémentaire. Le capitaine du CP Berne a pesé sur la défense lettonne durant toute la soirée et a fini par être récompensé dans la cage vide. Un tout gros match malgré un temps de jeu finalement limité.

Janis Moser- 12'40 de jeu

Il justifie parfaitement la confiance placée en lui par Patrick Fischer. Le jeune défenseur de Bienne a même été aligné en infériorité numérique avec son mentor Raphael Diaz. Impossible de se souvenir d'un mauvais choix de sa part.

Romain Loeffel- 9'35 de jeu

Le Luganais s'est davantage projeté vers l'avant et semble bien se trouver avec Nico Hischier lorsqu'ils font ligne commune. Intéressant pour la suite du tournoi. Le Neuchâtelois a sacrifié sa lèvre après un contact avec une crosse adverse, ce qui explique son temps de jeu inférieur à 10 minutes. Il était d'ailleurs à l'infirmerie lors de la période infructueuse à 3 contre 5.

Lukas Frick- 13'59'' de jeu

Le Lion du Lausanne HC apporte une dimension physique plus grande qu'avec son club. Le Zurichois n'a également pas hésité à soutenir l'attaque et aurait même pu marquer à la 29e minute. Le système de Patrick Fischer et la liberté qui en découle le rendent meilleur.

Andres Ambuehl- 11'38 de jeu

Il a souvent montré l'exemple avec une agressivité et une volonté de toujours attaquer le filet. Le Grison fait très souvent le jeu juste et fait parler sa vitesse pour déranger son adversaire. Il a en outre «gratté» une pénalité. Précieux.

Philipp Kurashev- 12'58'' de jeu, 1 assist

Un nouveau match très intéressant du joueur de centre qui prend à coeur l'aspect défensif de son travail. Il a comblé à de nombreuses reprises les brèches lorsqu'un arrière s'est porté à l'avant. Dommage qu'il n'ait pas gagné plus d'engagements (2/5) pour mériter une meilleure note.

Lino Martschini- 15'03'', 1 assist

Solide physiquement malgré son petit gabarit, il a sans cesse créé mais n'a pas été en réussite, notamment sur le power-play. Il prouve sur ce tournoi (si besoin était) que son jeu est «compatible» avec le hockey international. Son shoot était grippé contre la Lettonie mais les positions de tir sont là.

Michael Fora- 12'37'' de jeu

Il est aussi bien utilisé à 5 contre 5 qu'à 4 contre 5. Sa taille et son gabarit sont autant d'atouts dans son jeu. S'il ne s'est que rarement mis en évidence contre les Baltes, le Tessinois a par contre été intransigeant dans sa zone. Et, au bout du compte, c'est ce qui lui est demandé. Rien de plus.

Kevin Fiala- 16'02'' de jeu

Le Saint-Gallois a beaucoup tenté (4 tirs cadrés) mais n'a pas été en réussite. Il a compensé par un pressing et une énergie contagieuse. Vanté (à raison) pour ses qualités de buteur, Kevin Fiala a prouvé qu'avec Vincent Praplan et Nico Hischier il savait lâcher le puck au bon moment. Son jeu est très souvent juste et ses passes bien précises. Propre.

Yannick Weber- 1 but, 8 assists

Le Bernois des Nashville Predators a parfaitement travaillé dans l'ombre de Roman Josi. Si son coéquipier peut autant se projeter vers l'avant, c'est qu'il a confiance en Weber. Et il a raison. Un nouveau très bon match de sa part même s'il a écopé d'une pénalité mineure à la 36e pour avoir retenu un adversaire.

Tristan Scherwey et Noah Rod- 15'02'' et 13'39'' de jeu

Dans une soirée physique comme celle vécue face à la Lettonie, la Suisse a également pu se faire respecter parce qu'elle compte ces deux joueurs dans ses rangs. Leur science du box-play a été terriblement précieuse. Les observer communiquer constamment afin d'optimiser leur positionnement est très plaisant.

Gaëtan Haas- 15'46'' de jeu

Il a gagné ses engagements (9/16). Lors d'une rencontre au cours de laquelle son équipe a peiné tant et plus dans ce domaine (20/54), Gaëtan Haas a eu le mérite de permettre à ses coéquipiers de ne pas patiner toute la soirée après le puck. Son repli défensif est toujours aussi juste. Offensivement, sa ligne est discrète depuis le début du tournoi.

Christoph Bertschy- 13'09 de jeu

Un match difficile pour le Lausannois. Neuf engagements disputés et neuf engagements perdus. Son adaptation au centre est vraiment compliquée sur ce point. Il compense toutefois par un sens du placement et une conscience défensive irréprochables.

Joel Genazzi- 6'53'' de jeu

N'a joué que quatre shifts sur les deux derniers tiers-temps. Difficile dans ces conditions de se mettre en évidence… C'est à se demander s'il ne va pas faire les frais de l'arrivée de Sven Andrighetto pour la suite du tournoi avec un passage à 7 défenseurs et 13 attaquants contre 8 et 12 actuellement. A suivre.

Raphael Diaz- 14'45'' de jeu et un coup de sang

Alors que la Suisse venait d'éviter le pire lors de deux périodes d'infériorité numérique, le capitaine a donné un coup de crosse dans les mollets d'un Letton. Logiquement pénalisé, le Zougois a failli coûter cher à son équipe. Heureusement que le box-play a fonctionné.

Personne.

Lettonie - Suisse 1-3 (0-0 1-1 0-2)

Votre opinion