International: Suisse-UE: ils veulent rallumer la flamme européenne
Publié

InternationalSuisse-UE: ils veulent rallumer la flamme européenne

Las d’être dans l’impasse, les élu(e) s du Nomes lancent une campagne pour rappeler l’avenir européen de la Suisse.

par
Eric Felley
Le visuel de la campagne mélange le porte-clés aux couleurs de l’Europe et la chemise d’armailli

Le visuel de la campagne mélange le porte-clés aux couleurs de l’Europe et la chemise d’armailli

nomes

«Certains semblent avoir besoin d’une boussole… Le Nouveau mouvement européen suisse (Nomes) n’a jamais perdu le nord: nous nous engageons pour une coopération avec les États membres de l’Union européenne (UE) tournée vers l’avenir». Dans un communiqué publié dimanche, le Nomes annonce le lancement d’une campagne visant à défendre un «accord clé» avec l’UE et de raviver l’intérêt pour ces questions dans la population.

Le Nomes regrette le blocage des négociations entre la Suisse et l’UE autour de l’accord institutionnel: «Les adversaires de cet accord clé, note-t-il, veulent conduire la Suisse dans une impasse en matière de politiques étrangère et économique. L’UE est un projet de paix. Pour la Suisse, la poursuite de l’intégration européenne ne concerne pas uniquement le présent – il s’agit avant tout d’une question d’avenir.»

Le Nomes estime que la pandémie de Covid-19 montre qu’aucun État ne peut s’en sortir seul: «Le temps des nations barricadées derrière leurs frontières appartient résolument au passé. Le maintien de la paix, de la démocratie et de nos libertés, le développement de la prospérité, la lutte contre les inégalités, la protection sanitaire, la sauvegarde du climat et de l’environnement, la transformation numérique, tous ces défis globaux exigent plus de coopérations, de solidarité et donc plus d’Europe».

En Suisse romande, cette campagne est soutenue par des parlementaires de différents partis. On y trouve: Vincent Maitre (C/GE), vice-président du Nomes, Gerhard Andrey (Verts/FR), Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE), Adèle Thorens Goumaz (Verts/VD) et Laurent Wehrli (PLR/VD).

Votre opinion

67 commentaires