Ski nordique: Suisses et Suissesses à la peine à Lahti

Actualisé

Ski nordiqueSuisses et Suissesses à la peine à Lahti

Les Suisses et Suissesses n'ont pas brillé en sprint par équipes aux Mondiaux de Lahti, dimanche.

A droite, Laurien van der Graaff en pleine action.

A droite, Laurien van der Graaff en pleine action.

Keystone

Une 7e place pour les Suissesses, une 9e pour les Suisses: les duos Nadine Fähndrich/Laurien van der Graff et Roman Furger/Jovian Hediger ont tiré le maximum de leurs possibilités du moment en atteignant la finale des sprints par équipes, aux Mondiaux de Lahti.

Discipline introduite en 2005, consistant en six boucles d'un peu plus d'un kilomètre chacune à parcourir trois fois par chaque athlète, le «teamsprint» peine à dégager une hiérarchie claire. Mais bien qu'un peu hybride, il peut être assez spectaculaire, comme l'a «dramatiquement» montré l'arrivée de la finale masculine. Le dernier relayeur norvégien, Emil Iversen, s'est retourné alors qu'il menait la course pour tenter de «fermer la porte» au Finlandais Ivo Niskanen qui tentait de le dépasser. Les deux hommes se sont accrochés et ont chuté.

Les Russes en ont profité pour aller cueillir l'or devant l'Italie de Federico Pellegrino. Le duo russe était composé du revenant Nikita Kriukov, qui s'était très peu montré durant la saison, et de Sergey Ustiugov. Ce dernier se profile comme la star de ces joutes: il avait remporté déjà l'or du skiathlon, samedi, et l'argent du sprint individuel, jeudi. Ainsi, même en ayant toute une brochette de ses meilleurs éléments suspendus, la Russie continue à s'illustrer. La Finlande a pris le bronze.

«Arrivés à nos limites»

Hediger/Furger étaient déjà tout heureux d'avoir accédé à la finale (repêchés au temps après les demies). Furger, qui est un pur spécialiste de skating et de surcroît plutôt un spécialiste de distance, disputait son premier sprint en classique. Il remplaçait au pied levé Ueli Schnider, malade. «On a fait le job!», s'est exclamé le Vaudois Hediger. «Notre performance est très solide. En finale, ce fut compliqué. Les Norvégiens ont mis une pression énorme dès le début. On est arrivé à nos limites. Mais il faut savoir qu'au départ, Roman n'était même pas prévu comme remplaçant.» A titre personnel, Jovian Hediger tirait également un bilan positif de ces joutes, après sa 11e place du sprint individuel.

Il a va autrement pour Laurien van der Graaff. Disqualifiée de façon incompréhensible en quarts de finale du sprint de jeudi, la Grisonne n'avait toujours pas digéré la déconvenue. La mine défaite, elle ne se cherchait toutefois pas d'excuses pour sa course en demi-teinte dimanche dans le «teamsprint». Elle a trébuché deux fois sur son premier relais, en montée, laissant des forces dans l'aventure. A l'arrivée, elle finit au même rang (7e) que deux ans plus tôt aux Mondiaux de Falun, aux côtés de Saraina Boner alors. A Lahti, c'est Nadine Fähndrich qui l'accompagnait. La Lucernoise, qui dispute ses premiers Mondiaux, était, elle, ravie de la performance.

La course a été remportée par les Norvégiennes (Heidi Weng et Maiken Caspersen Falla), devant les Russes et les Américaines. Après le sprint individuel et le skiathlon, la victoire sourit donc pour la troisième fois en autant de courses aux fondeuses norvégiennes.

(si)

Ton opinion