Publié

Ski alpinBeat Feuz magnifique deuxième à Bormio!

Il n'y a que l'intouchable Dominik Paris qui a fait mieux que le Bernois sur la Stelvio. Matthias Mayer 3e.

par
Sport-Center
Le podium de Bormio. De g. à dr.: Beat Feuz (2e), Dominik Paris (1er) et Matthias Mayer (3e).

Le podium de Bormio. De g. à dr.: Beat Feuz (2e), Dominik Paris (1er) et Matthias Mayer (3e).

Keystone

Ce n’est pas une fracture à la main qui allait arrêter Beat Feuz.

Le Bernois a décroché un magnifique deuxième rang sur l’exigeante descente de Bormio, vendredi. Après sa 3e place à Lake Louise et son succès à Beaver Creek, il s’agit de son 43e podium en Coupe du monde.

La victoire est revenue, comme ces deux dernières années, à Dominik Paris. Il n'y a que l'Italien qui pouvait priver Feuz d'un 13e succès. A vrai dire, le colosse de Merano a fait de la Stelvio son jardin secret. Il avait déjà triomphé en 2012 sur cette très belle descente, mais aussi en super-G il y a douze mois au même endroit.

La surprise Kryenbühl

Au final, Paris a devancé Feuz de 0''39 et le double champion olympique autrichien Matthias Mayer, troisième, de 0''42. Quatrième, le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde accuse déjà plus d'une seconde de retard (+1''03 exactement). L'épreuve n’a, cette fois-ci, pas souri à Carlo Janka, lequel, après sa 3e place de Lake Louise, a dû se contenter du 22e rang (+2''54).

Par contre, la bonne surprise est venue du Schwytzois Urs Kryenbühl (25 ans). Parti avec le dossard 43, il a réussi à se hisser dans les quinze premiers, terminant au 13e rang, à 1''82 du vainqueur. Les autres Suisses ont terminé nettement plus attardés: Niels Hintermann a pris le 33e rang (+3''11), Gilles Roulin le 34e (+3''17), Ralph Weber le 44e (+3''87), Nils Mani le 46e (+4''33), Stefan Rogentin le 48e (+4''47) et le champion du monde juniors 2019 Lars Rösti le 53e (+5''17).

Blessé au mollet, Mauro Caviezel avait renoncé à la descente d'entraînement jeudi matin. Il était rentré en Suisse le jour même pour y subir des examens complémentaires.

Urs Kryenbühl est tout sourire dans l'aire d'arrivée: le Schwytzois vient de découvrir qu'il avait signé le 13e chrono. Image: Keystone.

Urs Kryenbühl est tout sourire dans l'aire d'arrivée: le Schwytzois vient de découvrir qu'il avait signé le 13e chrono. Image: Keystone.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!