Dakar 2022 – Ekström s’impose dans le désert saoudien
Actualisé

Dakar 2022Ekström s’impose dans le désert saoudien

Lundi, lors de l’arrivée dans le sud de l’Arabie saoudite, le Suédois a remporté la huitième étape en auto. Le Lausannois De Sadeleer s’est classé neuvième, dans la catégorie des SSV.

Le Suédois Mattias Ekstrom seul dans l’immensité du désert saoudien. 

Le Suédois Mattias Ekstrom seul dans l’immensité du désert saoudien.

AFP

Mattias Ekström (Audi) et l’Anglais Sam Sunderland (KTM) ont remporté lundi la huitième étape du Dakar-2022, une spéciale de 395 km entre al Dawadimi et Wadi ad-Dawasir (Arabie saoudite), dans un environnement nettement plus aride qu’en première semaine.

Le Français Sébastien Loeb (Prodrive), troisième de la spéciale en auto, revient à moins de 38 minutes du leader qatarien Nasser al-Attiyah (Toyota), handicapé par un problème de différentiel mais toujours nettement en tête au général.

Le Saoudien Yazeed al-Rajhi (Toyota) ferme le trio de tête à plus de 50 minutes avant les quatre derniers jours de course.

Audi fait un carton

En voiture, Ekström et les deux autres Audi hybrides du Français Stéphane Peterhansel et de l’Espagnol Carlos Sainz ont dominé cette journée en se plaçant premier, deuxième et quatrième. Seul Loeb est venu contrarier un podium constructeur 100% allemand malgré une crevaison et la perte d’une roue de secours.

«On a super bien roulé sur un gros rythme jusqu’au km 28 où je crève. On change la roue rapidement, on perd moins de deux minutes. On continue sur un gros rythme jusqu’à la neutralisation (pause obligatoire à mi-course, ndlr), et là on se rend compte qu’on a perdu notre deuxième roue de secours !», a déclaré le nonuple champion du monde des rallyes, après avoir terminé «mal à l’aise, c’est carrément stressant".

C’est beaucoup plus serré chez les motards

Les motards ont, eux, vécu un retour dans le temps: le Top 5 est quasiment le même au soir de cette huitième étape qu’à l’arrivée de la sixième, à l’exception de l’Australien Daniel Sanders (GasGas), contraint d’abandonner après une chute dimanche.

L’étape 7 avait chamboulé le général mais un Sunderland très en forme et une panne de roadbook électronique pour le Français Adrien Van Beveren (Yamaha, 9ème de l’étape) ont ramené tout le monde à la case départ.

Les positions sont toujours très serrées avec les quatre premiers en moins de 6 minutes. Sunderland compte 3 minutes 45 sec d’avance sur l’Autrichien Matthias Walkner (KTM), 4 minutes 43 sur Van Beveren et 5 min 30 sur le Chilien Pablo Quintanilla (Honda).

La rudesse du désert

L’arrivée dans le sud de l’Arabie saoudite était clairement affichée sur le roadbook lundi matin: 200 km de dunes, du sable à perte de vue, le soleil, le vent, la poussière. La caravane est écrasée par la rudesse du désert.

La journée de mardi verra les concurrents s’affronter sur une boucle de 287 km autour de Wadi ad-Dawasir, la plus courte spéciale de la quinzaine jusqu’à présent, avant celle du dernier jour (164 km).

Encore un top dix pour De Sadeleer

Cette huitième étape du Dakar a permis au Lausannois Jérôme De Sadeleer et son équipier français Mika Metge de signer à nouveau un top 10 dans la catégorie des SSV. Neuvièmes d’une étape dominée par les frères polonais Goczal – un troisième doublé, cette année pour eux - De Sadeleer se retrouve à la sixième place du classement général.


Sur deux roues, après avoir connu une alerte dimanche en fin de spéciale (chute et système de navigation tordu dans le choc), le Neuchâtelois Nicolas Monnin (Honda) termine 116e de cette étape. Au classement général (115e), Monnin précède un certain... Danilo Petrucci, qui avait connu un gros souci en tout début de course. J.-C. S.

(AFP)

Votre opinion