Suisse: Super Puma: des pilotes de milice aux commandes

Publié

SuisseSuper Puma: des pilotes de milice aux commandes

Aucun défaut ou défaillance n'a pour le moment été trouvé dans l'hélicoptère qui s'est écrasé au col du Gothard.

1 / 25
L'homme qui assistait le pilote au  moment de l'accident au col du Gothard est sorti de l'hôpital. (Vendredi 7 octobre 2016)

L'homme qui assistait le pilote au moment de l'accident au col du Gothard est sorti de l'hôpital. (Vendredi 7 octobre 2016)

Keystone
öe commandant des Forces aériennes Aldo Schellenberg a décidé d'annuler le show prévu samedi dans le cadre des «Air & Space Days» au Musée Suisse des Transports à Lucerne. (Mardi 4 octobre 2016)

öe commandant des Forces aériennes Aldo Schellenberg a décidé d'annuler le show prévu samedi dans le cadre des «Air & Space Days» au Musée Suisse des Transports à Lucerne. (Mardi 4 octobre 2016)

Keystone
Les pilotes et l'assistant ont pu être extraits de la carcasse en flammes du Super Puma. (28 septembre 2016)

Les pilotes et l'assistant ont pu être extraits de la carcasse en flammes du Super Puma. (28 septembre 2016)

Keystone

L'assistant de vol blessé mercredi dans le crash d'un Super Puma au col du Gothard va bien, compte tenu des circonstances. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'accident n'est pas dû à une défaillance technique de l'appareil.

L'état de santé tant physique que psychique du blessé peut être qualifié de «très bon», a indiqué jeudi à la presse à Berne Jürg Nussbaum, porte-parole des Forces aériennes suisses, en préambule à une conférence de presse. Les deux autres occupants ont péri dans le crash. Ils étaient pilotes de milice, a-t-il précisé.

Les officiers français, qui participaient à une inspection dans le cadre de l'OSCE, les officiers suisses et les passants ont permis au péril de leur vie de sortir les trois occupants de l'hélicoptère immédiatement après le crash, a précisé le commandant des Forces aériennes Pierre de Goumoëns. Ce dernier les a remerciés pour leur «comportement exemplaire».

Reprise des vols

Les militaires ont répété qu'à ce stade de l'enquête, aucun indice d'un problème technique n'a été retenu. D'où la reprise sans restriction des vols en Super Puma. Mais l'erreur humaine reste encore une pure spéculation, a précisé Pierre de Goumoëns. Selon les premières constatations, l'appareil a heurté un câble électrique.

Le Super Puma est bien équipé d'un coupe-câble à l'avant, mais cet engin n'est prévu que pour un usage en vol horizontal. L'appareil a entièrement été carbonisé à l'endroit où il est tombé, à moins de 200 mètres de la route du col et à une cinquantaine de mètres de l'Hospice du St-Gothard. L'enquête se poursuit pour déterminer exactement les causes du drame.

Le chef des instructeurs de vol Lukas Rechsteiner s'est dit «choqué» par cet accident, précisant avoir perdu deux amis. Il a précisé que le fait d'être pilote de milice n'enlève rien au professionnalisme de ces hommes, puisque leur formation est identique à celle des professionnels. L'un d'eux est un membre de l'exécutif de la petite ville d'Illnau-Effretikon (ZH) âgé de 50 ans, a communiqué la commune.

Visite de la forteresse du Gothard

La délégation française qui a achevé l'inspection comme prévu mercredi est rentrée jeudi matin en France. Les quatre officiers, naturellement ébranlés par les événements, «vont bien», a assuré en marge de la conférence de presse l'attaché militaire français, le colonel Jean-Michel Meyer, précisant que l'accompagnement psychologique apporté par les autorités suisses a été excellent.

L'inspection française, réalisée dans le cadre du Document de Vienne, était menée par quatre officiers accompagnés de trois officiers suisses et d'un militaire chargé de la sécurité. Elle avait émis le souhait de visiter la forteresse du Gothard, un site militaire qui a joué son rôle à l'époque.

Quatre inspections

L'armée suisse a été inspectée à quatre reprises cette année: en juillet par le Luxembourg et Malte, en août par les Etats-Unis, fin août-début septembre par la Grande-Bretagne, la dernière inspection étant celle de la France ces derniers jours. La Suisse a quant à elle mené deux inspections à l'étranger.

L'armée de l'air suisse a vécu une série noire cette année. Revenant sur l'accident d'un Tiger F-5 en juin aux Pays-Bas, Jürg Nussbaum a précisé que le pilote de la Patrouille suisse avait réintégré les Forces aériennes. Quant à l'accident du F/A-18 qui s'est écrasé fin août dans la région du Susten, les opérations de déblaiement sont terminées pour le moment. Un deuxième nettoyage sera organisé l'année prochaine.

Travaux de déblaiement en cours

Environ 70 hommes de l'armée, de la police et des pompiers ont poursuivi jeudi leur travail sur le site de l'accident de l'hélicoptère des Forces aériennes suisses mercredi près du col du Gothard. Les éléments du Super Puma sont chargés sur un camion.

Les spécialistes de l'Aircraft Recovery, en tenue blanche, se sont déployés sur les lieux de l'accident pour récolter systématiquement la moindre partie de l'hélicoptère accidenté. Des recrues de l'armée sont venues les épauler.

Les proches des victimes au col du Gothard

Les proches des victimes de l'accident du Super Puma se sont rendus jeudi matin sur place, au col du Gothard, a confirmé à l'ats un porte-parole de l'armée. Des recrues avaient été envoyées en faction pour garder le site durant la nuit.

Selon un serveur du restaurant de l'Hospice du St-Gothard, les secours ne sont arrivés que 30 minutes après le crash. Policiers, hélicoptères et pompiers ont alors débarqué sur le site, a-t-il indiqué jeudi au correspondant de l'ats sur place.

Lui-même et ses collègues ont tenté d'apporter leur aide. Ils sont rapidement intervenus avec les extincteurs du restaurant.

(ats)

Ton opinion