Actualisé

Présidentielle américaine«Super Tuesday»: Gingrich croit encore en ses chances

Alors que les électeurs républicains de 10 Etats américains s'apprêtent à voter, l'ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich reste confiant malgré son retard.

L'ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich.

L'ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich.

AFP

L'ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich s'est dit confiant dans sa capacité à emporter les primaires républicaines organisées mardi dans les Etats du sud du pays. Il s'exprimait lundi soir au cours d'une réunion publique dans le Tennessee.

Le candidat faisait campagne lundi dans cet état du sud, à la veille du «Super mardi». Les électeurs républicains de 10 Etats américains s'apprêtent à voter pour tenter de départager les 4 candidats à l'investiture républicaine pour la présidentielle de novembre 2012.

«C'est une mobilisation impressionnante. Allez convaincre tous vos amis de voter demain. Nous pouvons remporter une victoire écrasante ici dans le Tennessee», a-t-il dit à quelque 400 de ses sympathisants lors d'une réunion publique organisée à Knoxville.

Dans les derniers sondages portant sur le Tennessee, Newt Gingrich a remonté une grande partie du retard qu'il avait sur Rick Santorum et Mitt Romney. Un sondage Public Policy Polling diffusé lundi place ainsi Rick Santorum en tête avec 34% des intentions de vote devant Mitt Romney (27%) et Newt Gingrich (27%).

Newt Gingrich a aussi évoqué ses espoirs dans son Etat, la Géorgie. Il a estimé qu'il avait une chance de l'emporter avec «une marge quatre ou cinq fois supérieur à celle que Mitt Romney» a connu dans son propre Etat, le Michigan, qu'il a récemment gagné de peu devant Rick Santorum. Un sondage du Atlanta Journal-Constitution diffusé dimanche lui donnait 14 points d'avance sur le deuxième, Mitt Romney.

Soutien de Cain

Dans la soirée, Newt Gingrich s'est ensuite rendu plus au sud, à Chatanooga, pour un meeting commun avec l'ancien candidat républicain Herman Cain. Ce dernier a dû se retirer de la course avant le début des primaires suite à des affaires de moeurs et a soutenu depuis Newt Gingrich.

«On peut faire de Newt Gingrich le prochain président des Etats- Unis. C'est une heure cruciale», a déclaré l'ancien candidat Herman Cain. Ce dernier a précisé qu'il supportait Newt Gingrich par choix et non par obligation et qu'il fallait se méfier des «challengers», car ils finissent parfois par l'emporter.

Outre la Géorgie et le Tennessee, les électeurs républicains voteront aussi mardi en Virginie (est), dans l'Oklahoma (sud), l'Ohio (nord), le Massachusetts (nord-est), l'Idaho (nord-ouest), le Dakota du Nord (nord), l'Alaska (nord-ouest) et le Vermont (nord- est).

(ats)

Ton opinion