économie: Suppressions d'emplois à l'étude chez VW

Publié

économieSuppressions d'emplois à l'étude chez VW

Avec le départ à la retraite de nombreux ouvriers, le groupe de Wolfsburg pourrait biffer près de 25 000 postes de travail

par
Philippe Clément
Plus simples à fabriquer, les voitures électriques nécessiteront moins d'ouvriers sur les chaînes que les véhicules conventionnels.

Plus simples à fabriquer, les voitures électriques nécessiteront moins d'ouvriers sur les chaînes que les véhicules conventionnels.

Philippe Clément

Près de 25 000 emplois en dix ans: voilà ce que Volkswagen envisagerait de supprimer, pour aider la marque à remonter la pente après le dieselgate et faire face au défi des voitures électriques!

Depuis juin, la direction générale et les syndicats se sont lancés dans de longues négociations, pour trouver le meilleur compromis possible pour les deux parties. Et envisager de basculer une grande partie de la production vers des véhicules électriques qui, étant mécaniquement plus «simples» à fabriquer, nécessiteront moins d'employés sur les chaînes de montage.

Départs pas remplacés

Forcé à faire des économies pour faire face à ce nouveaux challenge autant que pour continuer à éponger l'astronomique ardoise judiciaire laissée par l'affaire des logiciels tricheurs, VW n'a pas le choix: il doit couper! Mais, plutôt que d'opérer par vagues de licenciements, on préfère tabler sur un plan à moyen terme: ne pas remplacer les nombreux départs à la retraite prévus dans les prochaines années.

«Nous avons l'avantage de pouvoir compter sur le départ de nombreux travailleurs de la classe des baby-boomers, c'est pourquoi nous pouvons dire que les places de travailleurs des employés de Volkswagen sont relativement protégées», a déclaré à la Handelsblatt le président du conseil d'entreprise de VW, Bernd Osterloh.

Un cinquième des postes!

Du côté de la direction de Volkswagen, on est officiellement plus «prudent». Si on admet qu'il y a bien des dizaines de milliers d'employés qui approchent l'âge de la retraite, on ne confirme pas officiellement ces 25 000 postes supprimés. Ce qui représenterait quand même près d'un cinquième des postes de travail!

Un effort conséquent, certes, mais qui ne représenterait qu'un «bon départ», selon certains analystes financiers. Effort qui devrait être accompagné de sérieuses économies dans le domaine des achats comme dans celui de la recherche et du développement si le constructeur entend se réorienter majoritairement vers les véhicules électriques comme il en a fait montre lors du dernier Mondial de Paris.

Un «bon début»...

Selon les analyste d'Evercore ISI, cités par Automotive News, VW devrait économiser 22 milliards d'euros dans les années à venir. Les trois quarts de cette somme devant être investis dans les transformations nécessaire au passage d'un outil de production «mécanique» à un outil de production «électrique». Chez VW, sans le confirmer officiellement, on chercherait aussi à réduire le nombre de «cols blancs» dans les départements de l'administration, du R&D et du marketing. Des secteurs qui représentent près de deux-tiers des 60 000 emplois au siège de Wolfsburg.

Ton opinion