27.03.2019 à 22:46

Réseaux sociauxSuprémacisme blanc: tour de vis de Facebook

Facebook est très souvent accusé de ne pas expurger assez vite les publications problématiques ou choquantes.

Le réseau social tente de répondre aux critiques sur son manque de réactions concernant des propos ou des faits litigieux.

Le réseau social tente de répondre aux critiques sur son manque de réactions concernant des propos ou des faits litigieux.

AFP

Facebook va interdire davantage de publications ayant trait au «suprémacisme blanc». A partir de la semaine prochaine, le groupe bannira l'apologie du «nationalisme» ou du «séparatisme» blancs, thèses qui promeuvent notamment une séparation physique entre «races».

Si Facebook faisait déjà la chasse aux thèses dites «suprémacistes», «nous n'avions pas appliqué le même raisonnement au 'nationalisme blanc' et au 'séparatisme blanc', parce que nous pensions à des concepts plus larges de nationalisme ou de séparatisme, comme la fierté (d'être) américain et le séparatisme basque», aussi appelé indépendantisme en français, «qui sont des parties très importantes de l'identité des gens», explique le réseau social dans un communiqué.

«Mais ces trois derniers mois, des débats avec des membres de la société civile et des universitaires qui sont experts dans les relations interraciales dans le monde ont confirmé que le nationalisme blanc et le séparatisme blanc ne pouvaient pas réellement être séparés (de la notion de) suprémacisme blanc» et de groupes promouvant la haine, a continué Facebook.

Tuerie de Christchurch

Ces trois concepts - suprémacisme, sépratisme et nationalisme - «se chevauchent», dit encore le groupe, qui a en conséquence décidé de traiter de la même façon les publications faisant l'apologie de ces trois thèses. L'interdiction sera également valable sur Instagram, propriété de Facebook.

«Désormais, les gens auront toujours le droit de montrer leur fierté dans leur héritage ethnique, mais nous ne tolérerons plus l'apologie ou le soutien au nationalisme blanc et au séparatisme blanc», tient encore à préciser Facebook.

Le réseau social est très souvent accusé de ne pas expurger vite les publications problématiques ou choquantes. La tuerie récente dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande perpétrée par un suprémaciste blanc convaincu a de nouveau mis le sujet sur le devant de la scène. Le tueur avait filmé le massacre et l'avait diffusé en direct sur Facebook Live.

Nouvelle-Zélande: l'offensive de Facebook ne suffit pas

La Première ministre de Nouvelle-Zélande a salué jeudi la nouvelle offensive de Facebook contre le suprémacisme blanc tout en jugeant qu'il fallait en faire plus après le carnage des mosquées de Christchurch.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!