Publié

RechercheSur la trace du sourire authentique

Qu'est ce qui fait qu'un sourire apparait sincère ou forcé? Une étude menée à Genève avec des avatars animés donne les clés.

par
Renaud Michiels

Du sourire jugé le moins authentique au sourire jugé le plus authentique.

Quels sourires paraissent sincères? Lesquels semblent faux? Des spécialistes de la psychologie des émotions des universités de Genève et du Wisconsin se sont penchés sur la question. Selon leur recherche publiée hier soir dans la revue PlosOne, les «pattes d'oies» – petites rides qui se forment au bord des yeux – ne suffisent pas à démêler le vrai du factice. D'autres muscles doivent s'activer. Et pas n'importe comment.

Pour parvenir à ce résultat les spécialistes ont soumis 19 différents sourires d'avatars à des cobayes. «Beaucoup d'études sur ce thème ont été menées à partir de photos. L'avantage de ces avatars animés est de pouvoir travailler sur un système dynamique», note l'un des auteurs, le Pr Didier Grandjean, de la Faculté de psychologie et sciences de l'éducation de l'Université de Genève. Le visage de synthèse sourit donc de 19 manières différentes. Différents paramètres sont combinés et plus ou moins activés: coins des lèvres qui s'élèvent plus ou moins, bouche qui s'entrouvre ou pas, activation ou non des sourcils, rétrécissement des yeux et formation plus ou moins marquée des pattes d'oies.

Verdict final? Lors du sourire jugé le plus sincère, tout le visage s'épanouit. La bouche s'entrouvre, avec une élévation marquée des coins de lèvres. Les yeux rétrécissent un peu et de jolies pattes d'oies apparaissent. Les sourcils, plutôt indicateurs de la colère, restent eux immobiles. «Pour un sourire convainquant différentes zones musculaires du visage entrent en jeu dans une combinaison dynamique», résume le Didier Grandjean. Voilà de quoi aider les politiciens…

Imitation invisible

Mais l'étude ne s'arrête pas là. La suite est d'ailleurs plus étonnante. Plus le sourire est jugé authentique, plus celui qui l'observe l'imite. Mais de manière invisible. Les chercheurs ont en effet enregistré l'activité des muscles faciaux de ceux qui regardaient les avatars par électromyographie – la mesure des courants électriques qui accompagnent l'activité musculaire. «Les capteurs que nous avons installés démontrent que celui qui perçoit un sourire sincère mobilise les même muscles que son interlocuteur», détaille le Pr Grandjean.

Comment expliquer cet étrange phénomène? Probablement par l'empathie. «On estime que cette imitation invisible est naturelle», détaille Didier Grandjean. «Elle permet d'accéder à l'état mental qu'on se représente chez l'autre, de ressentir ce qu'il ressent, de vivre ce qu'il vit. D'entrer en empathie avec lui.» Malheureusement, cette imitation est imperceptible pour l'œil humain. Dommage: si ce n'était pas le cas on verrait plus facilement si nos interlocuteurs se soucient de nous. On se fiche complètement de ce que l'on ressent.

Ton opinion