Publié

VaticanSur Twitter, Benoît XVI donne sa «bénédiction à tous»

Le pape Benoît XVI, dans son tout premier tweet envoyé mercredi depuis le Vatican, s'est dit heureux d'entrer en contact avec les utilisateurs de Twitter dans le monde entier, leur donnant sa bénédiction.

Le pape a déjà 700'000 «followers».

Le pape a déjà 700'000 «followers».

AFP

«Chers amis, j'ai la joie d'entrer en contact avec vous à travers Twitter. Merci pour votre réponse généreuse. Je vous bénis tous de grand coeur», a écrit le pape dans son premier message sur son compte @pontifex. Le pape répondra ce mercredi à trois questions sur les centaines de demandes qui lui sont parvenues depuis l'ouverture de son adresse il y a une semaine

Le premier tweet, a été lancé depuis le Vatican en direct. Les prochains tweets seront ensuite aussi rédigés en espagnol (@pontifex_es), italien (@pontifex_it), portugais (@pontifex_pt), français (@pontifex_fr), allemand (@pontifex_de), polonais (@pontifex_pl) et arabe (@pontifex_ar). D'autres langues suivront.

Depuis une semaine, le chef de l'Eglise catholique a son propre compte twitter, @pontifex, nouvelle voie de transmission immédiate du message catholique à des millions d'utilisateurs, en majorité jeunes, dans le monde entier.

Attention aux parodies

Une heure après l'annonce de l'adresse du compte du pape, 20'000 personnes s'étaient déjà inscrites pour le suivre. Une semaine plus tard, elles étaient 700'000. «Les premiers tweets seront des réponses à des questions posées au pape sur la foi», avait annoncé la semaine dernière Greg Burke, le nouveau conseiller en communication du Vatican, invitant les utilisateurs à commencer à poser leurs questions.

Attention toutefois aux contre-façons! Les abonnés devront faire attention à la «certification» du site pour vérifier qu'il s'agit de vrais messages de Benoît XVI, avait précisé Greg Burke, en relevant qu'il y aurait toujours des «parodies» pour se moquer du pape, mais aussi des tweets qui «paraissent officiels» et qui sont des faux.

Parmi les milliers de tweets, des milliers ont un ton critique ou sarcastique, faisant parfois allusion aux scandales pédophiles qui ont ébranlé l'Eglise ou à ses positions en matière de contraception. Mais le Vatican ne devrait pas s'en offusquer. Interrogé sur les risques de réactions hostiles sur Twitter, Greg Burke avait souligné: Twitter est «un libre marché des idées et c'est une bonne chose». Le pape «enverra des perles de sagesse que lui inspirera son coeur».

(AFP)

Ton opinion