Publié

InstabilitéSuri paie les pots cassésdu divorce de ses parents

Gros chambardement pour la fille de Tom Cruise et Katie Holmes. Tiraillée entre les cadeaux hors de prix de son père et l'éducation stricte de sa mère, elle ne sait plus où donner de la tête. C'est trop injuste…

par
Anne-Catherine Renaud

Quelle chienne de vie pour Suri Cruise! D'un côté pourrie gâtée par sa star de daddy , Tom Cruise, elle subit un vrai tour de vis à la maison avec sa maman, Katie Holmes, bien décidée à lui faire reprendre une existence normale de petite fille de son âge. Il faut dire qu'à 6 ans à peine, la jeune enfant menait un train de vie fastueux, digne des plus jolis contes de fées.

Non seulement elle dispose d'une garde-robe à faire pâlir de jalousie les plus fortunées, mais tous ses désirs ont toujours été immédiatement réalisés. C'est Tom Cruise qui détient la baguette magique. Avec un magot estimé à plus de 235 millions de francs, il peut tout lui offrir, ou presque. Mais voilà, quand le divorce a été concrétisé en août dernier, la môme a dû non seulement prendre acte de la séparation de ses parents, mais en plus elle doit subir deux vies différentes, au rythme des droits de visite de son père.

Fini les talons hauts

Emmenée par sa mère d'un jour à l'autre loin du palais à 33 millions de francs – comportant sept chambres, neuf salles de bains, un court de tennis et une piscine – qu'elle habitait avec eux à Beverly Hills, elle s'est retrouvée à New York, dans un appartement. Bon, entendons-nous bien: l'immeuble locatif dans le quartier de Chelsea, déniché par le père de Katie, un avocat de renom, est d'un très haut standing – le loyer s'élèverait d'ailleurs à 11 000 francs par mois – mais c'est tout de même plus qu'un logement de 12 pièces… Pauvre Calimero!

La petite ne voit plus la vie en Technicolor depuis que sa maman a décidé de renvoyer toutes les tenues griffées par de grands couturiers et les cadeaux de marques qui vont avec. Adieu, fards à paupières, rouge à lèvres, sacs à main, bijoux, sous prétexte que Suri n'est pas un mannequin sur patins à roulettes. Désormais, elle porte deux jours consécutifs la même robe et n'enfile plus la chaussure de verre de Cendrillon, mais la savate de n'importe quel quidam. Comme ses éternelles ballerines rouges que l'on voit sur les photos récentes des tabloïds.

Vous l'aurez compris: ce n'est pas une question d'argent – Katie Holmes touche une pension alimentaire de plus de 10 millions de francs! – mais de morale et d'éducation. Il faut que Suri, plutôt solitaire jusqu'à maintenant, se fasse des amis de son âge, alors qu'elle a de la peine à s'intégrer. Qu'elle sorte de la cour des grands pour revenir au jeu de la marelle!

C'est aussi une manière de tourner définitivement le dos à la scientologie qui considère les enfants comme de jeunes adultes libres de leurs choix. A peine installée à New York, l'ex star de la série «Dawson», issue d'une famille très pratiquante, s'est empressée de rejoindre la paroisse de l'église catholique Saint François-Xavier, réputée pour son ouverture d'esprit, où elle a inscrit sa fille au catéchisme. De plus, la miniprincesse suit maintenant des cours de gymnastique.

Mais si Katie Holmes respire bonheur et soulagement depuis son divorce, interprétant son meilleur rôle jusqu'à aujourd'hui, celui de mère Courage, l'enfant a de la peine à s'adapter à une vie «simple». C'est là que Tom Cruise entre en jeu. Jouant habilement la carte du papa gâteau qui passe tout à sa «fifille», il jette de l'huile sur le feu. Sûr qu'il cherche à récupérer la garde de la petite Suri.

Tom papa gâteau gâteux!

Dernièrement, il l'a emmenée faire un tour en hélicoptère au-dessus de New York. Pour qu'elle prenne de la hauteur face à sa nouvelle vie, ou pour mieux la manipuler contre sa mère? «Tom n'a aucune restriction dans ses dépenses lorsqu'il retrouve Suri, confie une source au magazine Star, il lui a offert jusqu'à 160 000 francs de cadeaux extravagants en un week-end, dont des buffets copieux composés de sa nourriture préférée et toutes les boissons qu'elle désirait, dans un hôtel cinq étoiles.» Le 16 août dernier, il l'a emmenée à Disneyland, en Californie. Pour l'occasion, il lui avait offert le costume de «La petite sirène». Toujours les contes de fées…

Du coup, lundi dernier, alors qu'elle sortait du Greenwich Hotel, en robe verte asymétrique accordée à son vernis, la fillette a fait une scène à sa mère qui, derrière ses lunettes noires, n'a même pas sourcillé, la tenant fermement par la main. Suri aurait déjà dit plusieurs fois qu'elle préférerait vivre avec son père qu'avec sa mère. Interrogée sur le sujet, Katie Holmes a confié à US Weekly: «Le divorce a été difficile pour Suri. Elle a du mal à s'adapter à un style de vie plus modeste.» Pour reprendre le dessus sur son mari, elle a souhaité être seule auprès de sa fille lors de sa rentrée scolaire à Avenues, une école privée new-yorkaise, à quelques pas de leur appartement de Chelsea. Tous les coups sont décidément permis entre les deux ex-mari et femme.

Selon le magazine Now, Katie Holmes, excédée par les manigances de Tom Cruise, songerait même à changer le prénom de sa fille qui ne lui plaît pas et que son ex-époux lui aurait imposé. Elle voudrait la rebaptiser Scout, comme le personnage du roman de l'auteure américaine Harper Lee, «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur». Elle souhaiterait aussi changer son patronyme et l'appeler Scout Holmes. Un brin ridicule, non? Ne semez pas encore davantage le trouble dans la tête de cette gamine!

Quant à Tom Cruise, déterminé à resserrer les liens avec sa fille chérie, il envisagerait, selon Grazia, de venir s'installer à New York pour se rapprocher d'elle et développer la scientologie à Manhattan. Qui aura le dernier mot? Suri Cruise est toute chose depuis qu'elle est partagée entre deux trains de vie fort différents.

Ton opinion