Football: Surtout ne rien changer

Actualisé

FootballSurtout ne rien changer

Il serait tentant pour Neuchâtel Xamax FCS de renoncer à sa volonté de jouer et de bétonner pour aller chercher le maintien. Ce serait une erreur.

par
Tim Guillemin Neuchâtel

Seize buts encaissés en quatre matches, tous perdus. Voilà le rythme auquel va Xamax, qui n'a de plus pas joué que contre des cadors lors de cette série noire. Perdre au Stade de Suisse, d'accord, mais s'incliner sèchement à Tourbillon et à la maison face à Thoune et Saint-Gall, voilà qui est un peu plus embêtant sur la route du maintien. Alors, forcément, il y a des questions à se poser. Xamax est dernier et candidat numéro 1 à la relégation. Est-ce vraiment une surprise? La réponse est non. Depuis le début, il est clair que les Neuchâtelois ont l'effectif le moins riche en individualités et le moins habitué au haut niveau de toute la Super League. Voir Xamax dixième n'est pas illogique. Mais il est juste de souligner aussi que l'écart avec les équipes de devant est minime, en tout cas sur le plan comptable.

Pour espérer s'en sortir, les Neuchâtelois ne doivent surtout pas paniquer et renoncer à leur volonté constante de jouer. Au contraire même: il s'agit de leur seule chance de survie. Si d'aventure Michel Decastel venait à demander à son équipe de défendre à huit, recroquevillée sur son but, Xamax prendrait peut-être un point de temps en temps, d'accord, mais il se condamnerait sur le long terme, car il n'a pas les qualités pour subir toute la saison. Lugano le fait de manière ponctuelle, pour aller chercher des points à l'extérieur, mais les Tessinois possèdent les joueurs pour le faire, notamment en défense. Des grognards, des hargneux, qui savent comment défendre pendant 90 minutes en prenant un jaune à tour de rôle, sans s'exposer. Ce Xamax-là est trop naïf pour y arriver et il ne faut surtout pas chercher à imiter les Tessinois dans ce domaine.

Non, Xamax doit continuer à développer son jeu, car il peut être meilleur que les autres dans ce secteur précis, surtout sur son synthétique de la Maladière. On l'a vu en première mi-temps face à Saint-Gall, les Neuchâtelois étaient meilleurs collectivement et techniquement, ce qui n'est pas rien. Ils n'ont pas tenu le rythme après la pause, ils ont trop reculé et ils ont fini par perdre logiquement, même s'ils auraient mérité un point sur l'ensemble de la rencontre. Mais le salut passera par là, tout en améliorant la concentration et la rigueur, une donnée absolument indispensable.

Ses joueurs doivent s'habituer au rythme de la Super League, y compris les plus expérimentés comme Charles-André Doudin, Mike Gomes et Mustafa Sejmenovic, par exemple. Cela ne se fait pas en quelques semaines, c'est sûr, mais petit à petit, Xamax va gommer ses imperfections, les automatismes avec les recrues étrangères Marcis Oss et Jérémy Huyghebaert (tous deux déjà convaincants) vont se mettre en place et les points vont venir automatiquement, car aucune équipe de Super League n'a la cohésion xamaxienne. C'est un atout qu'il faut faire fructifier. En restant fidèle à ce qui a fait la force des Rouge et Noir ces dernières années: le jeu rapide sur son synthétique et les combinaisons offensives de qualité, comme sur le premier but face à Saint-Gall, ce débordement de Raphaël Nuzzolo et ce centre en retrait parfait pour Charles-André Doudin. Si Xamax se sauve, il le fera avec style.

Ton opinion