Actualisé 01.03.2012 à 15:05

HorlogerieSwatch Group s’attend à une croissance de 5 à 10% en 2012

Le groupe horloger biennois continue de voler de record en record. Il a connu pour ce début d'année une croissance à deux chiffres et cela devrait continuer.

La croissance de Swatch se poursuit dans tous les segments et dans le monde entier, selon Nick Hayek.

La croissance de Swatch se poursuit dans tous les segments et dans le monde entier, selon Nick Hayek.

Keystone

Swatch Group a connu une croissance à deux chiffres au cours des deux premiers mois de l’année, a affirmé jeudi à Genève son directeur général Nick Hayek. Pour toute l’année, le groupe s’attend à une croissance des ventes d’au moins 5 à 10%, a-t-il indiqué.

«On va de record en record et cela continue avec le même rythme en 2012», a déclaré le patron du groupe lors d’une conférence de presse bilan. «Au cours des deux premiers mois de l’année, nous avons connu à nouveau une croissance à deux chiffres. On ne peut pas extrapoler sur toute l’année, mais la croissance se poursuit dans tous les segments et dans toutes les régions du monde», a affirmé Nick Hayek.

De 500 à 1000 nouveaux emplois

Il a indiqué que le groupe compte créer de 500 à 1000 emplois nouveaux en Suisse cette année. Le numéro un mondial de l’horlogerie a dégagé en 2011 un bénéfice net de 1,276 milliard de francs, soit un bond de 18,1% par rapport à l’exercice précédent.

Les ventes brutes ont atteint 7,1 milliard, en hausse de 10,9% par rapport à 2010, selon les résultats publiés le 7 février. Un léger ralentissement est perceptible dans le haut de gamme en Chine, mais la consommation reste très forte pour le moyen et bas de gamme, a précisé jeudi Nick Hayek.

«Nous ne pouvons toujours pas répondre à la demande chinoise», a- t-il précisé, qu’il s’agisse de Longines, de Tissot ou de Swatch. Le marché américain est aussi en forte croissance, de plus de 50% sur les deux premiers mois de l’année, et le Moyen-Orient «se développe très bien». Même en Europe, en dehors de la Grèce, le groupe poursuit sur sa lancée.

«Les gens ont confiance dans le swiss made. Ils sont prêts à payer un peu plus», a expliqué Nick Hayek. «Le franc reste beaucoup trop fort et nous nous attendons à ce que la Banque nationale suisse poursuive sa politique», a-t-il ajouté.

«Il faut faire quelque chose. Nous pourrions avoir une surprise. La Suisse doit montrer ses muscles», a affirmé le patron de Swatch Group. «Il faut laisser la BNS travailler dans l’indépendance et dans le calme», a-t-il toutefois ajouté.

Investissements en cours

Les responsables du groupe, qui possède 150 usines en Suisse, ont détaillé divers projets d’investissements. A La Chaux-de Fonds, un agrandissement est prévu avec une nouvelle usine dans le domaine des aiguilles et cadrans.

Marc Hayek, responsable notamment de Breguet, Blancpain, Jaquet Droz et François Golay, a évalué à 100 le nombre de nouveaux emplois créés pour ces marques cette année dans la vallée de Joux (VD).

Les travaux pour une nouvelle usine ont en outre commencé jeudi à Boncourt, dans le Jura, avec à la clef de 150 à 200 emplois. Le responsable d’ETA, Pierre-André Bühler, a indiqué que la nouvelle fabrique de cadrans de montres à Granges (SO) devrait embaucher quelque 300 personnes. Elle sera opérationnelle début 2013.

Le patron de Tissot, François Thiébaud, a pour sa part exposé les capacités nouvelles du centre logistique créé au Locle (NE), inauguré l’été dernier et prévu pour expédier de 14’000 à 20’000 montres par jour, quelque cinq millions de pièces par an.

Le directeur général de Swatch Group a espéré pouvoir s’installer prochainement dans les nouveaux bureaux du groupe à Bienne, où trois nouveaux bâtiments seront construits selon le projet présenté le 20 février.

Pas de soutien au Tessin

Nick Hayek a par contre critiqué le gouvernement du Tessin pour sa «passivité». «Nous y cherchons des emplacements mais nous ne recueillons pas beaucoup de soutien», a-t-il confié, en indiquant que le groupe «cherchera un autre canton» si nécessaire.

Il a précisé ne pas vouloir se séparer de la division «stratégique» des systèmes électroniques (EM Microlectronic, Micro Crystal, Renata), qui a connu l’an dernier une baisse de 23% de son chiffre d’affaires. Dans le monde, le groupe qui emploie 28’000 collaborateurs, veut ouvrir comme l’an dernier une centaine de magasins supplémentaires en 2012.

Les entreprises de Swatch Group représentent le quart des exportations horlogères suisses en valeur et les deux tiers en tant que pièces, a souligné Nick Hayek. En janvier, les exportations horlogères suisses ont augmenté de 15,5% par rapport à janvier 2011

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!