Actualisé

RéassurancesSwiss Re a souffert du cyclone Debbie

Le réassureur zurichois a enregistré un résultat net de 1,2 milliard de dollars au 1er semestre 2017, contre 1,87 milliard de dollars un an plus tôt.

Le numéro un mondial de la réassurance a marqué le coup durant les six premiers mois de 2017.

Le numéro un mondial de la réassurance a marqué le coup durant les six premiers mois de 2017.

Keystone

Evoluant dans un contexte difficile, Swiss Re a dégagé un bénéfice de 1,2 milliard de dollars (960 millions de francs) au 1er semestre 2017, en recul de 35% sur un an. La tempête tropicale Debbie, qui a frappé l'Océanie fin mars, a pesé pour 360 millions sur le résultat du réassureur zurichois.

Etant donné les conditions exigeantes du marché, Swiss Re a réalisé un «solide résultat semestriel», a déclaré Christian Mumenthaler, directeur général, vendredi devant la presse à Zurich. Le groupe a aussi dû payer des indemnités significatives suite à des catastrophes naturelles.

Les dégâts causés par Debbie ont finalement coûté 360 millions de dollars, après une première estimation de 350 millions en avril. Le cyclone a balayé plus particulièrement la région australienne du Queensland touchant des stations touristiques, des centres commerciaux et inondant des mines de charbon.

Volume de primes à la baisse

Pour répondre à la pression continue sur les prix, le groupe a entrepris d'écarter les affaires non rentables. Conséquence d'une plus stricte sélection des risques, les primes brutes encaissées se sont tassées au 1er semestre de 8,3%, à 18,1 milliards de dollars. Toutes les divisions du groupe, à l'exception de Life Capital, ont vu leurs recettes baisser.

La ronde de renouvellement des contrats en juin a bouclé sur une diminution de 10% des nouvelles affaires, alors que les tarifs pour l'assurance dommages ont continué de s'éroder.

Principale concernée par les dommages matériels liés à Debbie, l'unité Property and Casualty voit son bénéfice net chuter de 37% à 546 millions de dollars. Au premier semestre de l'an passé, les résultats de cette division avaient aussi bénéficié d'effets de change favorables qui ne se sont pas répétés, a précisé Swiss Re.

Les primes brutes de cette division reculent aussi, passant de 11,1 à 9,4 milliards de dollars. Sur ce front, le réassureur a réduit ses capacités, afin de se concentrer sur les activités les plus profitables. Le ratio combiné de cette division s'est légèrement détérioré pour remonter à 97,4%, contre 97,2% un an plus tôt, reflétant la hausse des coûts.

Erosion des fonds propres

La division vie et santé (L&H) voit ses primes reculer de 2,8% à 6,4 milliards de dollars. Cette baisse est liée à des modifications contractuelles à l'intérieur du groupe et aux effets de change.

Du côté des contrats avec les entreprises, l'unité Corporate Solutions a vu son bénéfice chuter à 39 millions de dollars, en raison de coûts liés à Debbie et de pression sur les prix. Les primes ont reculé de 4,7% à 1,7 milliard.

Quant à l'unité spécialisée dans les portefeuilles fermés, Life Capital, ses profits se sont divisés par quatre, à 143 millions de dollars. Les recettes de primes ont en revanche progressé de 5,2% en comparaison annuelle, pour atteindre 932 millions. A fin juin, le groupe employait 14'352 personnes, soit 2% de plus qu'à fin décembre 2016.

Au 1er semestre, les fonds propres se sont érodés de 2,0% à 34,4 milliards de dollars. Swiss Re dépasse globalement les prévisions des analystes interrogés par l'agence financière awp. Toutefois, le bénéfice net, attendu à 1,38 milliard, a déçu les attentes. A la Bourse suisse, la sanction ne s'est pas fait attendre. Le titre reculait de plus de 3%, dans un marché en légère baisse.

A l'affût d'opportunités

En évoquant les perspectives d'avenir, Christian Mumenthaler a expliqué que le groupe, qui demeure bien capitalisé, reste à l'affût d'opportunités. Le réassureur, qui souffre du niveau des prix dans l'assurance dommages, veut donc prioritairement renforcer son activité vie au travers d'acquisitions.

Le directeur général a ajouté que Swiss Re veut se focaliser à l'avenir sur les divisions vie et santé (L&H) et Life Capital au détriment du métier traditionnel de la réassurance. La direction n'a pas fourni de prévisions détaillées pour l'ensemble de l'année 2017.

Les actionnaires de Swiss Re seront fixés sur le lancement d'un programme de rachat d'actions jusqu'à 1 milliard de francs d'ici à la fin de l'automne. Le réassureur veut attendre la fin de la saison des ouragans aux Etats-Unis avant de prendre une décision. L'année dernière, le groupe avait lancé un tel programme début novembre. Nachricht per e-mail senden

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!