Marketing: Swisscom inquiet des accros au téléphone

Publié

MarketingSwisscom inquiet des accros au téléphone

Hier, l'entreprise suisse incitait les usagers de la gare de Zürich à moins utiliser leurs smartphones en leur offrant des fleurs. Contradictoire, pour un opérateur?

par
Yann Marguet
Cinquante employés Swisscom ont distribué les 30?000 gerberas rouges qui ornaient le sol de la gare.

Cinquante employés Swisscom ont distribué les 30?000 gerberas rouges qui ornaient le sol de la gare.

Nick Soland/Keystone

Une fleur contre votre engagement à lever le nez de votre téléphone portable, pour dédier une demi-heure à un proche de manière ininterrompue. Tel est le pacte que vous avez peut-être passé hier avec… un employé de Swisscom. Ils étaient en effet cinquante en gare de Zürich à offrir quelque trente mille gerberas rouges aux passants, en échange de cet étrange serment. Alors que l'idée de cette «journée de l'attention» a de quoi séduire, on s'étonne de voir un opérateur téléphonique mettre en péril son gagne-pain en demandant à sa clientèle de déposer les smartphones.

Lauranne Peman, porte-parole de l'entreprise, ne voit pas d'ironie dans la démarche. «Swisscom se considère comme un guide compétent dans le monde numérique. Il nous importe de sensibiliser nos clients à une utilisation appropriée des possibilités offertes par la communication.» Un zèle qui surprend, au point de se demander si le géant bleu n'essaie pas de se donner bonne conscience en jouant la carte de l'éthique émouvante. Il n'en serait rien. «Il relève de notre responsabilité de proposer des outils afin d'utiliser les médias de manière sûre et responsable. Une société de l'information saine est dans l'intérêt de la Suisse tout entière.»

Déconnecter pour reconnecter

Mais sur quoi se base Swisscom pour affirmer que les gens ne prêtent plus attention à ceux qui les entourent? La porte-parole admet qu'il est difficile de citer un seuil d'heures à partir duquel une personne peut être considérée comme dépendante. Elle rappelle néanmoins quelques situations marquantes de la vie quotidienne. «Lorsque nous préférons rapidement consulter notre profil Facebook plutôt que d'accorder notre attention à nos enfants ou notre partenaire, par exemple…»

Du côté du concurrent Sunrise, rien ne semble en passe d'être entrepris pour aller dans le même sens. «Chaque personne devrait décider, sur la base de ses besoins personnels ou professionnels, de l'utilisation responsable des nouveaux moyens de communications» explique Roger Schaller, porte-parole de l'entreprise. Une franchise qui a le mérite de calmer les soupçons, mais qui a moins de charme qu'une belle fleur et une promesse.

Ton opinion