Symbole funeste: #swisscovidfail, le nouveau drapeau suisse
Publié

Symbole funeste#swisscovidfail, le nouveau drapeau suisse

Sur Twitter, les discussions sur l’échec de la politique suisse dans cette deuxième vague sont de plus en plus critiques.

par
Eric Felley
En transformant la croix suisse en une croix qu’on trouve sur les tombes, les voix critiques se rallient à un symbole fort.

En transformant la croix suisse en une croix qu’on trouve sur les tombes, les voix critiques se rallient à un symbole fort.

DR

#swisscovidfail, c’est le hashtag qui circule en ce moment sur Twitter avec une croix suisse détournée en une croix latine, celle que l’on trouve dans les cimetières sur les tombes. «To fail» signifiant échouer, le hashtag relaie un ensemble d’opinions qui évoque l’échec de la politique suisse lors de cette deuxième vague, notamment à cause du nombre élevé de décès.

«Comment peut-on dire que «situation se stabilise en Suisse» alors qu’il y a eu une augmentation de 50% de décès ces dernières 24 heures?», interroge un intervenant romand.

Beaucoup d’intervenants alémaniques utilisent le hashtag pour critiquer l’influence d’EconomieSuisse sur la politique du Conseil fédéral et le rôle du conseiller fédéral Ueli Maurer. D’autres relaient la vision à l’internationale de la situation helvétique: «La Suisse a choisi l’austérité plutôt que la vie dans la pandémie du coronavirus. Les Suisses ont passé le début de l’automne à vivre comme si de rien n’était!»

L’option du testament


Une autre intervenante relaie le «New York Times» qui décrit la situation ainsi: «La Suisse a atteint sa pleine capacité dans ses services de soins intensifs. Une association médicale nationale a exhorté les personnes particulièrement vulnérables au coronavirus à envisager de rédiger un testament de vie, en précisant si elles souhaiteraient être mises sous assistance respiratoire».

Distance? Rien!

Enfin, un intervenant montre que les Suisses ne respectent guère les distances, reprenant une information du «Blick».

Une vidéo tournée au départ des remontées mécaniques du Cervin, à Zermatt (VS), montre à quel point les adeptes des sports d’hiver, agglutinés, attendent les premières bennes. Distance? Rien! «Bienvenue sur le hotspot Corona», a commenté un lecteur du «Blick».

Votre opinion

44 commentaires