Publié

AgrochimieSyngenta: rachat reporté au premier trimestre

L'opération est retardée par diverses autorités de la concurrence, qui ont requis des informations supplémentaires.

Le groupe bâlois de produits phytosanitaires table sur une poursuite de la reprise en Asie-Pacifique.

Le groupe bâlois de produits phytosanitaires table sur une poursuite de la reprise en Asie-Pacifique.

Keystone

Le processus réglementaire du rachat de Syngenta par le chinois ChemChina a pris du retard. L'opération devrait être bouclée au premier trimestre 2017. Le groupe agrochimique bâlois a parallèlement annoncé une baisse de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

Diverses autorités de la concurrence, notamment l'Union européenne (UE), ayant récemment requis une large quantité d'informations supplémentaires, Syngenta prévoit désormais que le processus réglementaire se poursuivra sur le premier trimestre 2017 et non plus avant la fin de cette année, comme initialement prévu.

Confiance

Dans un communiqué publié mardi, la multinationale rhénane souligne toutefois que le processus d'obtention des autorisations réglementaires se trouve «en bonne voie». Le Comité pour l'investissement étranger aux Etats-Unis (CFIUS) et onze autorités de la concurrence ont déjà donné leur accord.

«ChemChina et Syngenta restent pleinement engagés dans la transaction et confiants dans sa conclusion», a souligné Erik Fyrwald, le directeur général du groupe, cité dans le communiqué. Interrogé par Reuters, ce dernier a dit s'attendre à ce que l'opération soit finalisée vers la fin du premier trimestre.

L'Américain a ajouté n'avoir eu aucune indication de l'UE ou des Etats-Unis laissant penser que l'opération serait rejetée, malgré l'ouverture d'une enquête de phase deux de la part de la Commission européenne.

Prêt à des concessions

ChemChina s'est dit disposé à proposer des concessions supplémentaires pour obtenir le feu vert de la Commission européenne à son acquisition de Syngenta, apprend-on mardi de source proche du dossier. Le montant de l'opération s'élève à 43 milliards de dollars (42,3 milliards de francs).

ChemChina a soumis en septembre à la Commission un plan prévoyant la vente d'actifs de sa filiale d'agrochimie Adama Agricultural Solutions pour quelque 20 millions de dollars, a dit la source à Reuters.

Cessions insuffisantes

Ces cessions ont été jugées insuffisantes par la CE qui a proposé un «menu plus détaillé de possibles remèdes» lors d'une rencontre avec les deux groupes la semaine dernière, a ajouté la source en demandant à ne pas être identifiée.

ChemChina est disposé à coopérer clairement avec la Commission européenne pour proposer des remèdes susceptibles de lui donner satisfaction, a-t-elle encore indiqué. Un porte-parole du groupe public chinois n'a pu être joint dans l'immédiat.

Le report de l'opération ne semblait pas inquiéter les investisseurs à l'ouverture de la Bourse suisse. Vers 09h10, le titre Syngenta gagnait 1,28% à 402,60 francs. En réaction à l'annonce par la Commission européenne que ChemChina n'avait présenté aucune offre de concessions en vue du rachat, le cours de l'action avait chuté lundi.

Recul des ventes

Le groupe agrochimique bâlois a parallèlement annoncé un chiffre d'affaires en recul de 3% au troisième trimestre, à 2,5 milliards de dollars (2,46 milliards de francs). A taux de change constants, les ventes affichent également un repli de 3%. Hors impact de la modification des conditions de vente au Brésil, le chiffre d'affaires a toutefois progressé de 2%.

Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes ont diminué de 6% (-3% à taux de change constants), à 9,6 milliards de dollars. La performance de Syngenta se situe dans le bas de la fourchette des prévisions des analystes consultés par awp au niveau du chiffre d'affaires du groupe, malgré des ventes supérieures aux attentes dans tous les segments, hormis l'Amérique latine (attendue à 1,22 milliard).

La contre-performance au troisième trimestre s'explique en effet principalement par le repli de l'Amérique latine, dont les ventes ont reculé de 19% à 999 millions de dollars. Cette région a été impactée par la modification des conditions de vente au Brésil et la faiblesse de l'activité dans ce pays.

Reprise en Asie-Pacifique

Le groupe bâlois relève en revanche une forte reprise dans la région Asie-Pacifique, avec une augmentation de 22% du chiffre d'affaires, à 425 millions de dollars. Cette croissance a été favorisée par la fin du phénomène climatique El Niño et une meilleure mousson en Asie du Sud.

En Europe, Afrique et Moyen-Orient, les ventes ont augmenté de 4% à 529 millions de dollars. Elles ont bénéficié des bons résultats des fongicides et du succès des campagnes de ventes des produits de protection des semences.

Enfin, en Amérique du Nord, le chiffre d'affaires a gagné 11% à 431 millions de dollars. Cette croissance a principalement été portée par les herbicides sélectifs.

De son côté, la petite unité Lawn and Garden (produits de jardinage), dont les ventes sont comptabilisées à part, a vu ses ventes progresser de 4% à 140 millions de dollars. Les volumes des segments «gestion des nuisibles» et «lutte anti-vectorielle» ont progressé dans toutes les régions.

Objectif confirmé

Pour le 4e trimestre, Syngenta table sur une poursuite de la reprise en Asie-Pacifique et sur une meilleure performance en Amérique latine, où la modification des conditions de vente au Brésil n'aura plus d'impact. Le groupe confirme son objectif annuel d'une légère baisse du chiffre d'affaires à taux de change constants et un recul d'environ 5% du chiffre d'affaires publié.

La marge EBITDA devrait s'établir à un niveau comparable à celui de l'année dernière, malgré la non-récurrence de 200 millions de dollars de revenus de licence perçus au 4e trimestre 2015.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!