Terrorisme: Syriens arrêtés à Genève: affaire classée
Publié

TerrorismeSyriens arrêtés à Genève: affaire classée

Le Ministère public de la Confédération a classé l'affaire des deux Syriens arrêtés à Genève en décembre 2015 après une alerte terroriste.

1 / 18
Le Ministère public de la Confédération a classé l'affaire des deux Syriens arrêtés à Genève en décembre 2015. Les deux hommes seront indemnisés pour réparation du tort moral. (18 octobre 2016)

Le Ministère public de la Confédération a classé l'affaire des deux Syriens arrêtés à Genève en décembre 2015. Les deux hommes seront indemnisés pour réparation du tort moral. (18 octobre 2016)

archive/photo d'illustration, Keystone
Le ministère public de la Confédération suisse a confirmé samedi dans un communiqué l'arrestation vendredi de deux personnes d'origine syrienne dans le cadre d'une enquête en cours pour menace terroriste. (Samedi 12 décembre 2015)

Le ministère public de la Confédération suisse a confirmé samedi dans un communiqué l'arrestation vendredi de deux personnes d'origine syrienne dans le cadre d'une enquête en cours pour menace terroriste. (Samedi 12 décembre 2015)

Keystone
La situation à Genève n'a rien à voir avec ce qui s'est passé à Bruxelles. Mais les contrôles de police ont été renforcés: des policiers fouillent un véhicule à l'aéroport de Genève. (10 décembre 2015)

La situation à Genève n'a rien à voir avec ce qui s'est passé à Bruxelles. Mais les contrôles de police ont été renforcés: des policiers fouillent un véhicule à l'aéroport de Genève. (10 décembre 2015)

Salvatore Di Nolfi, Keystone

Les deux hommes avaient été libérés fin janvier, après 50 jours de détention préventive. Ils toucheront des indemnités.

Datées du 16 septembre, les deux ordonnances de classement du MPC, dont l'ats a obtenu copie, fixent des indemnités pour réparation du tort moral de 11'000 francs pour l'un et de 12'500 francs pour l'autre, comme l'a révélé samedi La Tribune de Genève et indiqué mardi le Tages-Anzeiger. Les frais des avocats commis d'office et de procédure sont aussi pris en charge par la Confédération.

Les deux hommes avaient été arrêtés lors d'un contrôle routier dans le canton de Genève le 11 décembre. La veille, le niveau de vigilance avait été relevé en raison d'informations sur une menace terroriste au bout du lac, un mois après les attentats de Paris.

La justice genevoise avait ouvert une enquête, reprise le lendemain par le MPC. Les deux hommes étaient soupçonnés «de fabriquer, dissimuler et transporter des explosifs ou des gaz toxiques» dans un but délictueux. Le MPC invoquait aussi une éventuelle violation de la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique. Ces soupçons n'ayant pas été confirmés, les deux Syriens avaient été libérés.

(ats)

Votre opinion