Publié

Hockey sur glaceTanner Richard et Joel Vermin: enfin réunis

Depuis que les deux amis évoluent sur la même ligne, GE Servette est inarrêtable. Leur alchimie crève les yeux après quatre matches et autant de belles victoires.

par
Grégory Beaud
Tanner Richard (à g.) et Joel Vermin se connaissent depuis un bon bout de temps.

Tanner Richard (à g.) et Joel Vermin se connaissent depuis un bon bout de temps.

Urs Lindt/freshfocus

«Lorsque je suis sur la glace avec Joel, je sais toujours ce qu’il va faire et où il va être. C’est comme si nous nous trouvions les yeux fermés.» La confession vient de Tanner Richard au terme de la victoire genevoise dimanche, à Bienne. Dans le Seeland, le joueur de centre a livré une prestation fantastique avec, sur sa gauche, Joel Vermin. Cette alchimie quasi naturelle s’est ressentie sur le 0-1 des Aigles. Assist: Tanner Richard. But: Joel Vermin. «C’est vrai que j’ai du plaisir à jouer avec lui, rigole Joel Vermin. C’est un excellent créateur de jeu. Il met toujours le puck au bon endroit.»

«Ils vont tellement vite… Des fois, je leur dis de m’attendre un peu. Je n’arrive pas à les suivre»

Tanner Richard, attaquant de GE Servette et coéquipier de Joel Vermin

En début de saison, Joel Vermin avait été aligné au centre par le coach Patrick Emond. Une position qui n’était plus naturelle pour lui. Ce retour à l’aile semble l’avoir bonifié. «J’ai eu besoin d’un match pour retrouver les automatismes de ce rôle, a-t-il remarqué. Mais c’était également agréable d’être avec Damien Riat et Linus Omark. Au final, ce qui compte c’est d’être productif pour aider l’équipe à avoir du succès.»

C’est justement la production qui faisait défaut ces derniers temps. Et pas uniquement Vermin, toute l’équipe peinait. Après des débuts tonitruants, les différents trios offensifs péclotaient. Raison pour laquelle le technicien a brassé son petit monde. «Je pense que c’était une décision logique, constate le Bernois. Nous peinions à marquer. Non pas que nous jouions mal, mais peut-être que nous étions moins précis dans les petits détails.»

Résultat des courses, Patrick Emond a composé une ligne 100% Suisse. Le capitaine Noah Rod a été choisi pour compléter le binôme Vermin-Richard. «Noah et Joel sont deux excellents patineurs, détaille Tanner Richard. Ils vont tellement vite… Des fois, je leur dis de m’attendre un peu. Je n’arrive pas à les suivre (rires). Je crois qu’ils savent que s’ils me cherchent sur la glace, il faut regarder vers l’arrière. Je suis un peu l’attaquant de soutien. Blague à part, peu importe avec qui tu joues, ce qui compte c’est d’être complémentaire. Avec Joel et Noah, nous nous connaissons bien et nous entendons bien sur et hors de la glace. Cela nous aide à nous comprendre.»

Joel Vermin en feu

Derrière sa réputation de tête brûlée et de «grande gueule», Tanner Richard apporte un soin tout particulier à l’observation du match. Quitte à l’analyser à outrance. «Je ne décortique pas le jeu uniquement lorsque je suis sur la glace, précise-t-il. Depuis le banc également. Je n’en manque pas une miette. En début de saison, je regardais jouer Joel Vermin avec Omark et Riat. Je savais systématiquement ce qu’il allait faire. Je le connais à ce point.»

Cette relation ne date pas d’hier. Ni même d’avant-hier, d’ailleurs. Les deux hommes ont évolué durant quatre ans en 2013 et 2017 dans la même organisation en Amérique du Nord: Tampa Bay. «Joel était plus souvent entre la NHL et la AHL, détaille Tanner Richard. Et lorsqu’il était à Syracuse en même temps que moi, nous ne jouions pas sur la même ligne. Mais nous vivions ensemble. Ce lien qui nous unit est fort.»

«Je sais systématiquement ce que Joel va faire sur la glace»

Tanner Richard, attaquant de GE Servette et coéquipier de Joel Vermin

Au moment du transfert de Vermin en provenance de Lausanne durant l’été, l’association des deux hommes paraissait logique. Le staff en a décidé autrement en les séparant. Depuis la nouvelle année et cette association quasi naturelle, Joel Vermin a inscrit sept points en quatre matches. Soit autant que lors des… 13 matches précédents. Et pourtant, le Bernois des Vernets évoluait sur une première ligne censée être de feu avec Damien Riat et Linus Omark. Ce changement lui a fait le plus grand bien avec un match à 4 points contre Lugano, jeudi dernier.

Un autre aspect vient valider le changement opéré par Patrick Emond durant les fêtes de fin d’année. Daniel Winnik a retrouvé le sens du but sur la première ligne avec Linus Omark. Parfois, un simple brassage de lignes peut avoir d’impressionnantes conséquences sur les résultats. Et même sur le moral des troupes, à voir Vermin et Richard s’entendre à ce point sur la glace.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Mais il est où

12.01.2021 à 12:16

Oh mais regadez moi ces deux petits choux , je sais toujours ou il est... derrière

La paire

12.01.2021 à 11:39

C'est trop mignon

jamaisfaireconfiance

12.01.2021 à 11:13

Tanner attention à ta femme......