Bad buzz: Tarantino s'enfonce de plus en plus
Actualisé

Bad buzzTarantino s'enfonce de plus en plus

Après avoir vu son image un peu plus écornée par Uma Thurman, une ancienne interview du réalisateur défendant Roman Polanski ressur­git.

par
Caroline Piccinin
AFP

Quentin Tarentino qui exprimait le mardi 6 février 2018 «l'un des plus grands regrets» de sa vie au sujet de l'accident de voiture d'Uma Thurman sur le tournage de «Kill Bill: Vol.2» en 2004, doit sans doute regretter encore plus cette interview donnée à l'animateur de radio Howard Stern, en 2003…

Ressortie des archives par le site Jezebel l'interview va (re)mettre quelques briquettes dans un feu déjà bien nourri par l'affaire Weinstein et ses suites.

On y entend clairement Tarantino s'exprimer au sujet de Roman Polanski et des accusations de viols à son encontre. Selon lui, «Il n'a pas violé une fille de 13 ans, c'était un viol statutaire.» Consterné, l'animateur lui demande comment il est possible de défendre cet homme et de tenir de tels propos, ce à quoi le réalisateur répond: «Ce n'est pas tout à fait la même chose. Il a eu des rapports sexuels avec une mineure, oui. Ce n'est pas un viol. Pour moi, quand on utilise le mot «viol», on parle de violences. Là, ce n'est pas un viol, elle le voulait».

Choquée, Robin Quivers une autre animatrice lui rappelle que Samantha Geimer à 13 ans ne voulait certainement pas de relation sexuelle avec Roman Polanski. «Si elle le voulait, elle sortait avec lui!» assure Quentin Tarantino.

Votre opinion