Santé: Tariq Ramadan souffrirait d'une sclérose en plaque

Publié

SantéTariq Ramadan souffrirait d'une sclérose en plaque

La détention aurait fragilisé la santé de l'islamologue inculpé pour viols. Au point qu'il se rendrait en ambulance à la cour d'appel.

par
K.A.
1 / 44
L'islamologue suisse de 57 ans arrive au tribunal de Paris, en compagnie de sa femme et de son avocat, pour être entendu pour des accusations de viols. (Jeudi 13 février 2020)

L'islamologue suisse de 57 ans arrive au tribunal de Paris, en compagnie de sa femme et de son avocat, pour être entendu pour des accusations de viols. (Jeudi 13 février 2020)

AFP
Tariq Ramadan était convoqué le 23 janvier, mais il avait fait ce jour-là un malaise au rez-de-chaussée du tribunal et l'audition avait été annulée. (Jeudi 13 février 2020)

Tariq Ramadan était convoqué le 23 janvier, mais il avait fait ce jour-là un malaise au rez-de-chaussée du tribunal et l'audition avait été annulée. (Jeudi 13 février 2020)

AFP
Le Tribunal fédéral a donné tort à Tariq Ramadan, qui demandait que la plaignante genevoise et ses avocats soient contraintes au silence durant la procédure. (Mercredi 5 février 2020)

Le Tribunal fédéral a donné tort à Tariq Ramadan, qui demandait que la plaignante genevoise et ses avocats soient contraintes au silence durant la procédure. (Mercredi 5 février 2020)

Keystone

Tariq Ramadan souffrirait d'une sclérose en plaque et d'une maladie non identifiée. L'information a été dévoilée par «Le Parisien», le 14 février, et confirmée à «L'Express» par une source proche du dossier.

Mis en examen pour «viol» et «viol sur personne vulnérable» le 2 février et placé en détention provisoire au centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis (Essonne), l'état de santé du théologien musulman suisse se serait aggravé. Au point qu'il devrait se rendre en ambulance à la cour d'appel de Paris, ce jeudi, à 14 heures.

«Habitué à suivre un traitement médical lourd et strict, le mis en examen serait dans l'impossibilité de soulager en prison certaines de ses douleurs», peut-on notamment lire dans le quotidien.

Saisine de l'organe de contrôle de la Justice rejetée

Pour rappel, le ministère français de la Justice a annoncé le 14 février qu'il ne saisira pas l'Inspection générale de la justice (IGJ), après une demande en ce sens des avocats de Tariq Ramadan. Ces derniers ont estimé que l'enquête préliminaire a été émaillée de dysfonctionnements ayant porté préjudice à leur client.

«A ce stade, les critères de la saisine de l'Inspection générale de la justice ne sont pas réunis. L'information judiciaire est actuellement en cours. Elle vise à rassembler les éléments de preuve à charge et à décharge et c'est au juge de vérifier», a expliqué le ministère.

Ton opinion