Actualisé

SantéTarmed: médecins et hôpitaux veulent traiter ensemble le mal

La Fédération des médecins suisses (FMH) et l'organisation faîtière des hôpitaux (H+) ont signé une déclaration d'intention pour «rétribuer les prestations ambulatoires des cabinets médicaux de manière correcte».

La révision du système de tarification des prestations médicales ambulatoires est au centre des débats.

La révision du système de tarification des prestations médicales ambulatoires est au centre des débats.

PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

La Fédération des médecins suisses (FMH) et l'organisation faîtière des hôpitaux (H+) coordonnent leurs projets de révision du Tarmed.

Elles ont signé une déclaration d'intention pour «rétribuer les prestations ambulatoires des cabinets médicaux de manière correcte».

Les signataires de cette déclaration sont heureux «d'apporter la réponse des fournisseurs de prestations au blocage régnant au sein de Tarmed Suisse», écrivent-ils mardi dans un communiqué de presse. La situation, poursuivent-ils, «a rendu impossible l'actualisation, la révision et l'évolution du système tarifaire» en Suisse.

«Les prestations qui ne sont pas remboursées, ou qui ne le sont pas suffisamment, doivent être prises en compte et tarifées», expliquent la FMH et H+ . Cette déclaration d'intention commune a été signée le 22 février dernier.

FMH et H+ veulent «actualiser les modèles de coûts et les adapter aux charges réelles basées sur la gestion d'entreprise».

Pour Jacques de Haller, président de la FMH, une première victoire a ainsi été remportée. Selon lui, «la poursuite coordonnée des deux projets Tarmed garantira une reproduction adéquate et correcte des prestations de premier recours dans la structure tarifaire».

Vers un agenda

La FMH et H+ veulent mettre en place une commission paritaire pour «coordonner les travaux de révision». Dans un premier temps, ils prévoient «d'adapter des modèles de coûts aux conditions actuelles» et de négocier avec les assureurs, l'Office fédéral de la santé publique et la Conférence des directeurs cantonaux de la santé.

Dans un second temps, ils souhaitent une «adaptation par H+ du catalogue des prestations des hôpitaux avec intégration des médecins hospitaliers» pour aboutir à la «reconnaissance» de la structure tarifaire révisée comme nouvelle base pour la tarification des prestations ambulatoires.

La révision du système de tarification des prestations médicales ambulatoires a pris du retard et une solution n'est pas attendue avant l'été. L'enjeu est de réviser le tarif de 200 des 4600 prestations fournies. Ces 200 prestations sont les plus fréquentes et totalisent 80% des coûts de l'ensemble des prestations médicales ambulatoires fournies en cabinet ou à l'hôpital.

(ats)

Ton opinion