Actualisé

Marché du travailTaux de chômage: Schneider-Ammann est pessimiste

Le président de la Confédération prophétise la fin d'un taux de chômage bas en Suisse.

ARCHIVES-PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Les entreprises ne pourront pas résister plus de deux ans à un franc aussi fort, selon le président de la Confédération qui s'exprime ce jour dans la NZZ am Sonntag. Johann Schneider-Ammann prophétise la fin d'un taux de chômage bas en Suisse. Après les annonces de suppressions de postes chez Credit Suisse, Swisscom et Alstom, «d'autres mauvaises nouvelles vont sans doute tomber», affirme le ministre de l'Economie dans cette interview.

De nombreuses entreprises continuent à être sous pression. «Nous ne pourrons très certainement plus soutenir un taux de chômage bas», dit le Bernois. Principal problème: le franc fort qui ne faiblit pas face à l'euro.

1,10 franc, étape intermédiaire?

«Un jour ou l'autre, l'argent manquera pour investir et innover», soutient Johann Schneider-Ammann. Et c'est leur compétitivité qui en pâtira.

«C'est une course contre le temps et pas toutes ne rallieront l'arrivée», conclut-il. Et le président de la Confédération d'espérer que le cours à 1,10 franc ne soit qu'une étape intermédiaire.

Le taux de chômage en Suisse a fortement augmenté en décembre, passant de 3,4 à 3,7%. Avec 158'629 chômeurs inscrits auprès des offices régionaux de placement à la fin 2015, le chômage connaît son plus haut niveau depuis avril 2010. Le taux moyen annuel est passé à 3,3%, selon les chiffres publiés en janvier par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!