Nucléaire iranien – Téhéran appelle à la «bonne volonté» occidentale
Publié

Nucléaire iranienTéhéran appelle à la «bonne volonté» occidentale

Alors que les négociations sur son programme nucléaire ont repris à Vienne, l’Iran estime «possible» une levée des sanctions. De son côté, Israël exige l’arrêt de la réunion.

L’accord de base, dont les États-Unis se sont retirés, offrait à l’Iran la levée d’une partie des sanctions, étouffant son économie, en échange d’une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l’ONU.

L’accord de base, dont les États-Unis se sont retirés, offrait à l’Iran la levée d’une partie des sanctions, étouffant son économie, en échange d’une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l’ONU.

AFP

Le ministre iranien des Affaires étrangères a estimé qu’un accord sur son programme nucléaire était «à portée de main», mais dépendait de la «bonne volonté» des Occidentaux, estimant «sérieux» les pourparlers qui ont repris, en début de semaine, à Vienne. «Nous recherchons un dialogue rationnel, sobre et orienté sur le résultat», a tweeté, dans la nuit de mercredi à jeudi, le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amirabdollahian. «Les discussions à Vienne se déroulent avec sérieux et la priorité reste la levée des sanctions.»

Après six mois d’interruption, les négociations pour tenter de relancer l’accord international sur le nucléaire iranien ont repris lundi, dans la capitale autrichienne. Conclu en 2015 entre la République islamique et des grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni), le pacte est moribond depuis le retrait unilatéral de Washington, en 2018, et le rétablissement de sanctions, poussant en riposte Téhéran à se détacher de la plupart de ses engagements. L’accord offrait à Téhéran la levée d’une partie des sanctions, étouffant son économie, en échange d’une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l’ONU.

Prochains jours vitaux

Hossein Amirabdollahian, qui pilote les négociations depuis Téhéran, a précisé que «les experts poursuivaient leurs travaux». «Je suis en contact quotidien avec le chef des négociateurs iraniens à Vienne, Ali Bagheri.»

Mardi, les Européens avaient affirmé qu’ils comptaient sur les prochains jours, pour évaluer «le sérieux» des Iraniens dans les discussions, auxquelles participent de manière indirecte les Américains.

Israël demande à Washington la «fin immédiate» des pourparlers

Le premier ministre israélien, Naftali Bennett, a demandé, jeudi, aux États-Unis la «fin immédiate» des négociations sur le programme nucléaire iranien, lors d’un entretien téléphonique avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, ont indiqué ses services à Jérusalem. «L’Iran fait du ‘’chantage nucléaire’ une tactique de négociation, et la réponse à cela doit être la fin immédiate des négociations et des mesures concrètes des grandes puissances» contre Téhéran, a fait valoir Naftali Bennett.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires