Actualisé

Londres 2012Tennis: Roger Federer se fait peur mais se qualifie

Roger Federer a remporté le premier tour du tournoi de tennis olympique. Mais le Bâlois a été à la peine. Il a finalement battu le Colombien Alejandro Falla 6-3 5-7 6-3. .

Roger Federer débute le tournoi olympique dans la peine.

Roger Federer débute le tournoi olympique dans la peine.

Keystone

Roger Federer devra très vite monter en puissance à Wimbledon pour ne pas connaître une nouvelle désillusion aux Jeux olympiques. Le no 1 mondial n’a rassuré personne lors de son premier match.

Roger Federer s’est imposé 6-3 5-7 6-3 devant Alejandro Falla (ATP 51). Face au gaucher colombien contre lequel il avait été mené deux sets à un Wimbledon en 2010, le Bâlois, vingt jours après sa victoire en finale contre Andy Murray sur ce même Centre Court, a perdu de manière incompréhensible la deuxième manche. Il a, en effet, mené 5-3 0-40 avant de perdre le fil de son tennis.

Falla sauvait trois premières balles de match avant de ravir à deux reprises le service de son adversaire. «C’est ce qui fait la beauté de ce sport, relevait Federer. Tu es à un point du match. Et à 24 quelques instants plus tard...»

Fort heureusement pour Roger Federer, Falla a dévoilé deux lacunes qui n’ont pas pardonné: son manque de puissance au service qui le prive de ces points gratuits si essentiels sur gazon et une certaine nervosité à l’entame de la dernière manche.

Le break concédé d’entrée de jeu lui a coupé les ailes à l’instant où il aurait pu croire être en mesure de signer l’exploit de sa vie. «Tout s’était parfaitement déroulé jusqu’à la première balle de match. La perte du deuxième set fut vraiment un choc, avouait le Bâlois. La nervosité m’a gagné. Je suis heureux de m’en être finalement sorti».

Benneteau au deuxième tour

Ce lundi, Roger Federer retrouvera Julien Benneteau (ATP 32) dans un deuxième tour qui sera vraiment celui de tous les dangers. Victorieux 7-5 6-3 du Russe Mikhaïl Youzhny (ATP 29), le Bressan avait été à six reprises à deux points de la victoire contre Federer il y a quatre semaines dans cette même enceinte de Wimbledon. «Je ne peux pas accuser contre Benneteau le même passage à vide que face à Falla», relevait-il avec une certaine pertinence.

A Wimbledon, le Bâlois ne goûte pas à toutes les spécificités des Jeux olympiques. L’obligation de se rendre à la zone mixte pour s’exprimer devant la presse en marchant parmi les spectateurs et les volontaires le heurte. «Il peut se passer n’importe quoi, lâche-t-il. Il suffit d’un déséquilibré. Il serait plus judicieux de corriger le tir pour ces prochains jours».

(Si)

Votre opinion