Actualisé 10.01.2014 à 07:04

Tepco met une 2e caméra pour mieux surveiller Fukushima

Japon

L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima a annoncé vendredi avoir installé une deuxième caméra pour permettre de regarder en direct via internet une partie de la situation dans la centrale accidentée.

1 / 73
Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. (Jeudi 12 décembre 2019)

Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. (Jeudi 12 décembre 2019)

Keystone
L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco, une première pour cet opérateur considéré comme responsable de l'accident de Fukushima. (4 octobre 2017)

L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco, une première pour cet opérateur considéré comme responsable de l'accident de Fukushima. (4 octobre 2017)

archive/photo d'illustration, Keystone
L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, au nord-est du Japon, a commencé mardi à geler le dernier tronçon d'un mur de glace souterrain de 1,5 km. Il est destiné à empêcher la contamination radioactive des flux d'eau. (Mardi 22 août 2017)

L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, au nord-est du Japon, a commencé mardi à geler le dernier tronçon d'un mur de glace souterrain de 1,5 km. Il est destiné à empêcher la contamination radioactive des flux d'eau. (Mardi 22 août 2017)

AFP

Une première caméra est présente depuis longtemps déjà du côté du réacteur 4. La nouvelle a été fixée de l'autre côté, celui du réacteur 1. Il s'agit pour Tokyo Electric Power (Tepco) d'une opération de communication qui est censée prouver la volonté de la compagnie «d'offrir au public plus de transparence sur le statut de la centrale».

Les dirigeants de Tepco ont été durement critiqués depuis les premiers jours de l'accident de Fukushima survenu en mars 2011 dans le nord-est du Japon à cause d'une communication brouillonne, de soupçons de rétention d'informations, ou de manque de transparence.

Des efforts sont faits ces derniers mois avec l'accueil de journalistes (en nombre très limité cependant) dans la centrale ravagée et la diffusion d'images prises dans les installations saccagées.

Les images des deux caméras en place peuvent être vues aux adresses suivantes: tranche 1 (nouvelle) et tranche 4.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!