Union européenne: Terrorisme: les Etats membres veulent renforcer les frontières
Publié

Union européenneTerrorisme: les Etats membres veulent renforcer les frontières

En réponse aux attentats survenus récemment en France et en Autriche, les 27 pays de l’UE souhaitent mieux contrôler les frontières extérieures de l’espace Schengen.

La commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson a indiqué que 22% des individus qui entrent dans l’espace Schengen n’ont pas été dûment enregistrés.

La commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson a indiqué que 22% des individus qui entrent dans l’espace Schengen n’ont pas été dûment enregistrés.

AFP

Les ministres de l’Intérieur des 27 pays de l’UE ont appelé à «renforcer» la sécurité de l’espace Schengen de libre circulation et les frontières extérieures de l’Union européenne. Ils ont adopté une déclaration conjointe vendredi à la suite des attentats survenus en France et en Autriche.

Ils se sont aussi dits déterminés à faire aboutir «avant la fin de l’année» les négociations actuellement en cours pour une législation européenne visant à faire retirer dans l’heure les «contenus à caractère terroriste» en ligne.

Cinq ans après les attentats djihadistes du 13 novembre 2015, les ministres ont rendu hommage aux 130 personnes tuées à Paris et Saint-Denis et condamné «dans les termes les plus forts» les récentes attaques survenues notamment en France et en Autriche.

Solide coopération demandée

«Nous réaffirmons notre détermination à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour lutter contre cette terreur barbare de façon globale, avec tous les outils dont nous disposons», ont souligné les ministres dans leur déclaration.

De son côté, la Suisse estime qu’une solide coopération en Europe constitue un facteur-clé dans la prévention et la lutte contre le terrorisme, a estimé la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter, qui a participé à la réunion sous la forme d’une visioconférence.

«Le lien entre l’attaque de Vienne et la Suisse montre que la lutte contre le terrorisme ne peut fonctionner qu’ensemble», a ajouté la conseillère fédérale, citée dans un communiqué de ses services. C’est pourquoi la Suisse souhaite participer aux discussions au niveau de l’UE. Il est essentiel de recevoir et d’échanger des informations correctes et complètes en temps utile.

Selon la Commission européenne, environ un cinquième des entrées et départs de l’espace Schengen n’est pas toujours enregistré, a déclaré Mme Keller-Sutter après la vidéoconférence à l’agence d’information Keystone-ATS. «Cela est bien sûr très insatisfaisant».

(afp/nxp)

Votre opinion