États-Unis - Tesla gagne pour la première fois plus d’un milliard de dollars
Publié

États-UnisTesla gagne pour la première fois plus d’un milliard de dollars

Malgré le franchissement de ce cap symbolique, Tesla craint une possible pénurie de puces électroniques qui ralentirait sa croissance.

L’entreprise avait déjà annoncé avoir livré 201’250 véhicules au deuxième trimestre.

L’entreprise avait déjà annoncé avoir livré 201’250 véhicules au deuxième trimestre.

AFP

Le constructeur de véhicules électriques Tesla, dopé par un nombre record de livraisons au deuxième trimestre, a gagné pour la première fois plus d’un milliard de dollars sur trois mois mais a prévenu que la pénurie de puces électroniques restait une menace.

La situation du côté des semi-conducteurs continue d’être «assez sérieuse», a souligné Elon Musk, le patron de Tesla, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes. «C’est compliqué de dire combien de temps ça va durer car on ne peut rien y faire nous-mêmes.»

Le groupe a jusqu’à présent pu contourner une bonne partie du problème en utilisant de nouveaux modèles de puces et en réécrivant les logiciels en conséquence. Mais «pour le reste de l’année, notre croissance dépendra du plus petit élément de notre chaîne d’approvisionnement», a prévenu Elon Musk.

Camion Semi repoussé

Le constructeur automobile, qui avait annoncé en janvier vouloir faire croître ses livraisons de 50% en moyenne par an pendant plusieurs années, n’a toutefois pas officiellement changé ses prévisions. Du côté de ses usines en cours de construction, Tesla estime être toujours «sur la bonne voie pour fabriquer (ses) premiers véhicules Model Y à Berlin et Austin en 2021».

En revanche, «pour mieux se concentrer sur ces usines, et en raison de la disponibilité limitée des cellules de batterie et des défis de la chaîne d’approvisionnement mondiale», Tesla a décidé de repousser à 2022 le lancement de la production de son camion Semi. Elon Musk a aussi indiqué lors de la conférence téléphonique que son pick-up électrique Cybertruck allait prendre du retard.

L’entreprise avait déjà annoncé avoir livré 201’250 véhicules au deuxième trimestre, un niveau inédit malgré cette pénurie de puces électroniques et les problèmes d’approvisionnement qui perturbent le secteur automobile depuis le début de l’année.

Partager le réseau de bornes

Le bénéfice net du groupe dirigé par Elon Musk a atteint 1,14 milliard de dollars (1,04 milliard de francs) d’avril à juin, contre 104 millions sur la même période en 2020, tandis que son chiffre d’affaires s’est élevé à 11,96 milliards de dollars (10,96 milliards de francs), a indiqué le groupe lundi dans un communiqué.

Tesla, qui tire habituellement une grosse partie de ses profits de la vente à d’autres entreprises des crédits carbone qui lui sont accordés car ses voitures n’émettent pas de polluants, voit en revanche cette source commencer à se tarir: les revenus tirés de cette activité ont atteint 354 millions de dollars (324 millions de francs) au deuxième trimestre, contre 518 millions au trimestre précédent.

Le groupe, qui avait par ailleurs retiré 101 millions de dollars (92,5 millions de francs) de bénéfices opérationnels grâce au bitcoin au premier trimestre, a cette fois-ci dû enregistrer une charge de 23 millions pour le même motif. Tesla avait créé la surprise en début d’année en annonçant avoir acheté pour 1,5 milliard de dollars (1,37 milliard de francs) de la monnaie virtuelle, dont la valeur s’est envolée jusque mi-avril, avant de retomber lourdement.

Concurrence croissante

Le titre du groupe prenait 1% vers 23h00 GMT lundi (1 heure du matin, mardi, heure suisse) dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York. Il a perdu environ un quart de sa valeur depuis le pic atteint en janvier, après avoir bondi de plus de 700% en 2020.

Le groupe a pendant longtemps dominé le marché des véhicules électriques mais fait face à une concurrence croissante, avec par exemple l’arrivée récente sur le marché des SUV Mustang Mach-E de Ford et ID.4 de Volkswagen. Selon le cabinet spécialisé Cox Automotive, Tesla représentait 64% des ventes de véhicules électriques aux États-Unis au deuxième trimestre, contre 71% au trimestre précédent et 83% sur la même période en 2020.

Elon Musk est par ailleurs revenu sur son intention, annoncée récemment sur Twitter, d’ouvrir le réseau de bornes de recharge de Tesla aux autres marques de véhicules électriques. Aux États-Unis, il suffira, a-t-il assuré lundi, de télécharger une application Tesla et d’acheter un adaptateur. «Notre objectif est de soutenir l’avènement de l’énergie durable. Il ne s’agit pas de créer un espace clos et de l’utiliser pour attaquer nos concurrents», a affirmé Elon Musk.

Augmenter l’utilisation du réseau de Tesla permettra aussi au groupe de faire des économies d’échelle et d’être plus rentable. L’imprévisible dirigeant du groupe a par ailleurs indiqué qu’il ne participerait pas forcément aux prochaines conférences téléphoniques qui suivent traditionnellement la publication des résultats, «sauf s’il y a vraiment quelque chose d’important que je veux dire».

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire