25.10.2020 à 12:36

TéléphonieTest: trois jours intenses avec l’iPhone 12

Nous avons pu tester deux des quatre nouveaux navires amiraux d’Apple. Des retrouvailles émues même si la présence d’une puce 5G ne devrait pas être le premier critère de choix.

von
Jean-Charles Canet
De gauche à droite, l’iPhone 12 Pro, une protection, l’iPhone 12, une autre protection. En dessous, un chargeur à induction aimanté.

De gauche à droite, l’iPhone 12 Pro, une protection, l’iPhone 12, une autre protection. En dessous, un chargeur à induction aimanté.

DR

Elles sont loin les années ou Apple présentait un modèle d’iPhone unique: pour la génération 2020, ce n’est pas moins de quatre modèles qui sont introduits sur le marché suisse: deux l’ont été vendredi dernier, l’iPhone 12 et l’iPhone 12 Pro et deux autres, l’iPhone mini et l’iPhone 12 Pro Max, le seront dans le courant du mois de novembre. Ce sont les premiers élus que nous avons pu tester en conditions réelles.

Le déballage

Le déballage en vidéo maison.

DR

Les iPhone 12 et 12 Pro sont présentés dans une boîte aux dimensions modestes et égales, noire pour le modèle Pro et blanche pour son petit frère. On y trouve le smartphone, un câble «Lightning» (le connecteur propriétaire du smartphone) – USB-C (l’USB dernière génération), la petite pointe qui permet d’ouvrir le tiroir à carte SIM, une documentation réduite à sa plus simple expression et c’est tout. On le sait depuis la keynote californienne, Apple a renoncé à fournir un bloc secteur en emballant ses explications autour de considérations écologiques.

L’iPhone 12 Pro (à g.) et l’iPhone 12. Pas de différences en termes de taille et de performances globales mais quelques-unes sur le plan des prestations photographiques et vidéo.

L’iPhone 12 Pro (à g.) et l’iPhone 12. Pas de différences en termes de taille et de performances globales mais quelques-unes sur le plan des prestations photographiques et vidéo.

DR

Acceptons le discours (qui, il va sans dire, cache un peu la merde au chat, c’est tout l’art du marketing) et admettons que les chargeurs et les connecteurs USB ne manquent pas dans un ménage donné. Le problème est moins lié à l’absence de bloc secteur qu’au fait que le câble fourni est, à l’une de ses extrémités, au format USB-C. Ce standard est encore un peu jeune pour s’être généralisé et réclame souvent l’acquisition d’un adaptateur USB classique.

Mais cela nous permet de vous narrer une anecdote croustillante que vous pourrez découvrir plus bas.

Prise en main

Le premier contact avec les iPhone 12 et 12 Pro, rigoureusement identique en termes de dimensions, nous a plongés dix ans en arrière, à l’heure de la sortie de l’iPhone 4. Au revoir les tranches arrondies, rebonjour l’élégante façon de caser sur le pourtour et en plein jour les antennes nécessaires aux réceptions des ondes électromagnétiques.

Très subjectivement, nous trouvons particulièrement réussi ce mariage de l’ancien et du moderne, ce dernier représenté par l’écran bord à bord. La finition fait une fois de plus mouche. Les iPhones restent parmi les plus élégants modèles du marché.

Comme d’habitude, on regrette de se sentir obligé de faire disparaître une partie de ce design dans une coque protectrice qui laisse heureusement la part belle à un magnifique écran OLED au verre singulièrement renforcé, nous dit Apple. On note en passant que ce dernier conserve l’encoche noire qui empiète toujours sur la partie supérieure, sans gêne notable pour notre part. La configuration est une formalité si on a encore sous la main un appareil iOS, du type iPhone et iPad et à peine plus compliqué sans.

Nous restons par ailleurs complètement bluffés par le déverrouillage (du téléphone et des nombres services sécurisés par un mot de passe) par reconnaissance faciale. Ce système est parvenu à une totale maturité en particulier sur cette génération. Entre un déverrouillage par empreinte digitale et le scan ultrarapide de notre visage, notre choix est fait.

Vous avez dit 5G?

Passons à la grosse nouveauté de ce rafraîchissement annuel, soit l’intégration d’une puce 5G histoire de coller au lent déploiement des réseaux téléphoniques cinquième génération sur une bonne partie de la planète. Histoire aussi de coller à la concurrence, qui fut un tantinet plus prompte à sauter dans le train.

Autant le dire d’emblée, si nous ne sommes pas indifférents au fait que la compatibilité ait été introduite, nous sommes dans l’incapacité d’en apprécier ses supposés bénéfices vu que la couverture 5G du pays est encore loin d’être optimale. Et nous ne nous sommes pas amusés à nous rendre sous une antenne équipée – et probablement pas réglé au 100% de ses capacités théorique – juste pour constater (ou pas) des progrès qui resteront encore un bon bout de temps à la marge. Autrement dit, ceux qui misent essentiellement sur l’arrivée de l’option 5G pour changer de smartphone risquent fort d’être déçus.

De plus, nous avons trouvé révélatrice la façon dont les iPhone 12 intègrent cette compatibilité au niveau logiciel: en allant sous «Réglages/Données cellulaires/Options/Voix et données» on découvre en effet qu’Apple laisse le choix entre trois possibilités: 5G activée, 5G auto et 4G. Avec une précision éclairante dans la petite note explicative: «Le mode 5G auto utilise uniquement la 5G lorsque celle-ci n’entraîne pas de baisse significative de l’autonomie de la batterie».

D’un côté c’est honnête de prévenir, de l’autre on a tôt fait d’interpréter ce message comme l’aveu que la puce 5G affecte plus que voulu l’autonomie de l’iPhone 12. Le magazine Forbes, visiblement bien informé sur la feuille de route d’Apple, révèle que la génération de puce 5G intégrée dans les iPhones 12 a un autre inconvénient: celui d’empiéter sur la taille de sa batterie et par conséquent de réduire légèrement son autonomie par rapport aux iPhone 11. Là, peu importe que la puce 5G soit active ou non. Un souci qui, par la magie de la miniaturisation et de l’intégration, ne sera résolu qu’à partir des iPhone 13, précise en substance Forbes.

Divers tests constatent effectivement la légère baisse d’autonomie des modèles 12 et 12 Pro évoquée par Forbes. L’un d’entre eux qui maltraite en continu et en simultané tous les iPhones encore en vente chez Apple, démontre ainsi par l’image accélérée que l’iPhone 11 Pro supporte plus de 7 heures de tortures intensives avant de défaillir alors que l’iPhone 12 Pro tient moins de 7 heures.

Alors, cette autonomie?

Ces révélations ont cependant été sans conséquences sur notre expérience de l’autonomie des iPhones 12. Sans préjuger de constats qui seront affinés sur une plus longue durée, nous estimons que l’iPhone 12 et 12 Pro conservent une marge suffisante pour passer une bonne journée sans avoir l’estomac vrillé par la crainte de voir la batterie passer au rouge (20% de réserve et moins). Un résultat qui, de notre point de vue, reste satisfaisant en sachant que les iPhones n’ont jamais été des chameaux.

Photo et vidéo, enfin photo surtout

1 / 14
Photo prise le 24 octobre 2020 avec un iPhone 12 Pro.

Photo prise le 24 octobre 2020 avec un iPhone 12 Pro.

DR
Photo prise le 24 octobre 2020 avec un iPhone 12 Pro.

Photo prise le 24 octobre 2020 avec un iPhone 12 Pro.

DR
Photo prise le 24 octobre 2020 avec un iPhone 12 Pro. Un des trois angles proposé par le smartphone.

Photo prise le 24 octobre 2020 avec un iPhone 12 Pro. Un des trois angles proposé par le smartphone.

DR

Côté photo et vidéo, la famille 12 conserve les caractéristiques de la génération 11. Le 12 Pro est équipé de trois focales (ultragrand-angle, grand-angle et téléobjectif) alors que le 12 n’en exploite que 2 (ultragrand-angle et grand-angle). Les deux opèrent sur la base d’une puce de 12 Mpx. Le modèle Pro dispose en outre d’un émetteur-récepteur infrarouge qui permet de repérer les distances, ce qui se révèle utile notamment pour réussir des portraits en situation de très faible luminosité.

Utilisés côte à côte l’iPhone 12 et 12 Pro se sont révélés, vendredi soir et par la belle journée automnale de samedi, de très bons chasseurs. vous trouverez quelques échantillons dans la galerie ci-dessus, Relevez néanmoins que ce constat et celui d’un photographe amateur qui a tendance à être le ravi de la crèche avec les performances photographiques des smartphones. Nous le fûmes dernièrement avec la gamme P30 et P40 de Huawei et ses objectifs Leica. Il nous paraît cependant indéniable qu’Apple, un tant distancé sur cet aspect, a retrouvé la cour des grands et peut prétendre à une position de leader sur cette génération.

Côté vidéo, on relève l’étonnante faculté du P12 Pro de filmer en 4K HDR Dolby Vision à 60 images par seconde (mais limitée à 30 images par seconde sur l’iPhone 12 si on veut conserver l’option Dolby Vision).

Prix et conseils

Au chapitre délicat et douloureux du prix, notre constat est simple: l’iPhone 12 est proposé à 879 francs pour la version 64 Go. À l’exception de la version dotée de 512 Go de mémoire qui dépasse d’un petit poil, son prix reste en dessous du plafond de verre subjectif, que nous fixons à 1000 francs, au-delà duquel nous estimons indécent le prix d’un smartphone. L’iPhone 12 est donc notre conseil vu que son grand frère explose dans tous les cas ce plafond. Le 12 est un bon compromis sur le plan de la taille, des performances que nous pouvons qualifier d’excellentes et de l’exceptionnel équilibre logiciel (iOS 14) et matériel, sans oublier que cette génération reste une perle pour les yeux. Le 12 Pro est juste un tout petit mieux.

Nous ne conseillons cependant jamais aux personnes équipées d’un modèle de la précédente génération (la 11 en l’occurrence) de franchir le pas. Et encore plus pour cette dernière qui intègre une compatibilité 5G, inutile sous une couverture 4G, et qui a des conséquences sur l’autonomie de l’appareil. De plus, bien que les améliorations photographiques et vidéo soient indéniables, on peut les considérer marginales pour le photographe amateur.

Laissons alors au vidéaste qui se demande s’il ne serait pas par hasard le Christopher Nolan du XXIe siècle lorgner vers le 12 Pro (et encore plus vers le prochain 12 Pro Max).

Pour un connecteur de plus

Comme promis voici l’anecdote croustillante que nous avons vécue lors de notre test express de la nouvelle génération d’iPhones. Constatant l’absence de bloc secteur dans la boîte et que l’unique câble fourni pour relier l’appareil à un ordinateur ou une prise de courant était un connecteur USB-C, nous nous sommes procuré un adaptateur USB-C vers USB-A vu que nous n’avions sous la main aucun appareil et aucun bloc secteur doté de la dernière génération de connecteur USB.

L’adaptateur USB-C vers USB-A apparaît ici en noir.

L’adaptateur USB-C vers USB-A apparaît ici en noir.

DR

L’adaptateur (pas de marque Apple et qui coûte une quinzaine de francs) a parfaitement fonctionné avec le câble «Lightning» – USB-C que cela soit en charge ou en transfert de données. C’est une tout autre histoire avec l’accessoire «MagSafe Charger», la nouvelle petite plaquette aimantée d’Apple qui permet de recharger par induction les iPhones: là, branché sur un bloc secteur USB-A puis relié à MacBook dépourvu d’entrée USB-C, aucun signe de charge, rien, que dalle. Avant de conclure que le problème venait bien de l’adaptateur, nous avons bien sûr pris la peine de vérifier le bon fonctionnement du «MagSafe Charger» directement branché en USB-C sur un ordinateur plus récent.

Autrement dit, si vous pensez réutiliser vos anciens blocs secteurs, ceux-ci sont probablement au standard USB-A. Il vous faut donc vous procurer un adaptateur USB-C. Mais si vous souhaitez utiliser le «MagSafe Charger», avec l’adaptateur, vous jouez à la loterie. Il est donc plus prudent de se procurer un bloc secteur directement USB-C. Évidemment, c’est plus cher…

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
15 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

vivelesmoutons

26.10.2020 à 11:16

nous c est la pomme vous c est les bonne poires

Brick in the wall

25.10.2020 à 16:29

Le déploiement de nouveaux transmetteurs pour la 5G devrait générer entre 10 et 20 milliards de connexions (réfrigérateurs, machines à laver, caméras de surveillance, voitures etc) et constituera l'Internet des objets. De nombreuses études scientifiques récentes ont mis à jour que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d'exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales. Selon l’European Academy for Environmental Medicine « les preuves s'accumulent qui montrent que l'exposition permanente à certains champs électromagnétiques est un facteur de risque pour des affections telles que le cancer, la maladie d'Alzheimer, l’infertilité humaine, troubles de la concentration, troubles du sommeil, épuisement ainsi que des symptômes similaires à ceux de la grippe». Au diable l’avarice sanitaire, du moment que notre frigo nous avise du déficit de Coca-Cola et notre machine à laver du besoin de renouveler notre slip Armani.

EcoConscious

25.10.2020 à 14:51

Pour préserver l'environnement et votre santé, gardez votre ancien natel/ smartphone le plus longtemps possible et évitez la 5G !