Actualisé 14.07.2017 à 18:12

DopageTesté positif à cause de baisers passionnés

Un sprinter américain avait ingéré un produit dopant en embrassant sa compagne. Il a été innocenté.

Gil Roberts.

Gil Roberts.

AFP

Gil Roberts, membre du relais 4x400 m sacré champion olympique à Rio l'été dernier, a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif en raison de baisers échangés avec sa fiancée, a expliqué l'Agence américaine antidopage (USADA).

L'USADA avait annoncé le 26 juin dernier que Roberts avait été contrôlé positif en mars à un produit prohibé utilisé comme substance masquante, le probénécide, mais elle avait renoncé à la suspendre, car il avait ingéré cette substance involontairement.

L'USADA a publié jeudi le rapport d'expertise qui l'a conduit à exonérer Roberts qui participera en août aux Championnats du monde 2017 de Londres. Selon l'expert indépendant en charge du dossier, Roberts a ingéré la substance prohibée en «embrassant fréquemment et passionnément» sa fiancée dans les jours et les heures précédents le passage du contrôleur de l'USADA.

Dopé à l'insu de son plein gré

«Quelques semaines avant le contrôle réalisé le 24 mars, Mlle Salazar (la fiancée de Roberts, NDLR) était en voyage avec sa famille en Inde. Souffrant d'une infection des sinus, elle a cherché un médicament pour se soigner», explique le rapport.

Un pharmacien local lui a prescrit un médicament, le Moxylong, qu'elle a continué à prendre à son retour aux Etats-Unis, dont une fois à quelques heures du contrôle antidopage inopiné de son compagnon.

Après auditions du couple et analyses de la substance incriminée, l'expert a estimé qu'il n'y avait pas eu tentative de dopage. «Roberts n'avait aucune idée qu'en embrassant sa fiancée, il pouvait ingérer la substance prohibée. Quand il l'embrassait, il ne pouvait pas percevoir l'odeur ou le goût du médicament», a précisé l'expert.

Roberts, 28 ans, a terminé le mois dernier à la 2e place du 400 m des Championnats des Etats-Unis en 44 sec 22/100e, ce qui lui a offert son billet pour les Mondiaux de Londres.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!