Actualisé 06.06.2018 à 08:55

Bienne (BE)«Texas» et la patinoire à ciel ouvert cohabitent mal

Avec le paddock comme voisin, les deux initiateurs de la plus grande patinoire helvétique à ciel ouvert doivent faire preuve d'imagination pour entasser la neige.

par
Vincent Donzé
Les concepteurs de l’Eisplanade, Kenan Sahin et Stöh Grünig. On y distingue à droite le paddock «Texas», au centre de la controverse.

Les concepteurs de l’Eisplanade, Kenan Sahin et Stöh Grünig. On y distingue à droite le paddock «Texas», au centre de la controverse.

Contraints de cohabiter avec une œuvre qui leur complique la vie en hiver, les deux initiateurs de la plus grande patinoire helvétique à ciel ouvert ne pourront plus entasser la neige produite. Et s’ils en faisaient une piste de ski de fond?

«Texas» est cette œuvre composée d’un vaste paddock sans accès, qui est inaugurée ce mercredi sur un parking souterrain. La société Parking Bienne SA évoque une œuvre d’art «intégrée dans l’architecture» du parking. Ce paddock se veut une interrogation sur l’usage de l’espace public. Pour les concepteurs, Kenan Sahin et Stöh Grünig, «nous défendons la culture! Nous avons cherché le dialogue sans jamais décrier «Texas»!»

L’Eisplanade a été un gros succès populaire à sa première édition, avec 60'000 visiteurs. Avec l’accord du préfet, le paddock «Texas» clôture désormais le terrain occupé l’hiver par la machinerie et la neige dégagée de la patinoire: 280 tonnes en 75 jours! L’occasion ratée, selon les deux amis, c’est une entente, voire une fusion entre sport et culture: «Il aurait suffi de rendre la barrière mobile et démontable sur 38 m, à nos frais.» Une variante inconcevable pour le collectif Haus am Gern. Las! La seconde édition de l’Eisplanade aura bien lieu l’hiver prochain. Kenan Sahin et Stöh Grünig ont des idées pour évacuer la neige: mieux qu’une benne ou la faire fondre, ils envisagent d’en faire une piste urbaine pour les skieurs de fond, une montagne pour les lugeurs ou une rampe de half-pipe pour snowboarders.

La cohabitation est imposée, mais les «voisins» ne sont pas réconciliés: «Ils ont détruit la prairie sèche en utilisant notre parcelle comme un vulgaire entrepôt», accuse Hans am Gern. «Personne ne nous a signalé la valeur de cette prairie naissante et d’autres véhicules sont passés par là», rétorquent Kenan Sahin et Stöh Grünig. En jeu: 10'000 francs de jardinage.

Ce que déplorent les initiateurs de la patinoire, c’est le manque de vision du jury qui a choisi «Texas». «Avec ses 9800 m2, l’Eisplanade est le plus grand espace public dans une ville suisse», après la Sechseläutenplatz de Zurich. Beaucoup d’organisateurs vont regretter la place prise par «Texas».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!