10.03.2018 à 07:51

PyeongchangThéo Gmür champion paralympique de descente

Le skieur valaisan a offert sa première médaille, en or, à la Suisse samedi lors de la descente des Jeux paralympiques.

1 / 32
Le Valaisan Théo Gmür a porté le drapeau suisse lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pyeongchang (Dimanche 18 mars 2018).

Le Valaisan Théo Gmür a porté le drapeau suisse lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pyeongchang (Dimanche 18 mars 2018).

Keystone
Feu d'artifices lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pyeongchang (Dimanche 18 mars 2018).

Feu d'artifices lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pyeongchang (Dimanche 18 mars 2018).

Keystone
Un selfie lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pyeongchang (Dimanche 18 mars 2018).

Un selfie lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Pyeongchang (Dimanche 18 mars 2018).

Keystone

Déjà une médaille pour la Suisse aux Jeux de Pyeongchang! Au lendemain de la cérémonie d'ouverture, Théo Gmür, 21 ans, est devenu champion paralympique de descente samedi. Le skieur de Nendaz a devancé le Français Arthur Bauchet de 84 centièmes et l'Autrichien Markus Salcher, relégué à 94 centièmes.

Le Valaisan, qui participe à ses premiers Paralympiques, n'était qu'un outsider pour cette descente. Cela ne l'a pas empêché, avec son dossard no 2, de battre tous les favoris. Skieur polyvalent, Théo Gmür doit encore participer à trois courses aux Jeux. Il sera particulièrement attendu en géant, sa discipline de prédilection, dans laquelle il a remporté le globe.

Deux autres Suisses ont terminé dans le top 10. Le Neuchâtelois Robin Cuche, le neveu de Didier Cuche, s'est classé au 8e rang, juste devant son coéquipier Thomas Pfyl.

«C'est incroyable. Tout s'est accéléré durant cette saison. Je suis monté sur mon premier podium en Coupe du monde, j'ai gagné ma première course et remporté mon premier globe, et me voilà désormais en or après ma première course aux paralympiques. Je n'arrive pas à expliquer un tel enchaînement», a reconnu Théo Gmür. «J'étais très nerveux en arrivant en Corée. Mais la pression est retombée durant la cérémonie d'ouverture. J'ai pu apprécier l'atmosphère si spéciale des paralympiques, et cela m'a fait du bien», a raconté l'étudiant en sport, qui souffre d'hémiplégie depuis sa naissance.

Au moment d'analyser sa course, le Valaisan a estimé qu'il aurait pu faire encore mieux. «J'ai commis trois erreurs. Mais cela ne m'a pas perturbé. C'est d'ailleurs ma force: je ne cherche pas à tout prix à coller à la ligne idéale, je préfère laisser aller mes skis», a-t-il expliqué.

(jsa/ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!