Tennis - Thierry Champion s’occupe d’une future championne
Publié

TennisThierry Champion s’occupe d’une future championne

Ancien joueur, le Français est aujourd’hui le coach de Clara Burel, finaliste du Ladies Open de Lausanne ce dimanche à Vidy contre la Slovène Tamara Zidansek.

par
Christian Maillard
Thierry Champion est admiratif par rapport à sa jeune protégée.

Thierry Champion est admiratif par rapport à sa jeune protégée.

AFP

Quart de finaliste à Roland-Garros en 1990, alors qu’il sortait des qualifications, Thierry Champion, qui s’était offert le scalp de Pete Sampras un an plus tard à Paris, avait l’un des plus beaux revers du circuit ATP. Celui qui avait été ensuite battu en Coupe Davis par Marc Rosset et Jakob Hlasek en 1992 à Nîmes, est aujourd’hui, à 54 ans, le coach de Clara Burel, 20 ans, matricule 113, victorieuse ce samedi à Vidy de Caroline Garcia, WTA 73, en deux trois sets 5-7, 6-2, 6-2, en 2 h 25. Une victoire obtenue au mental, la cheville en compote, tordue au début du troisième set alors que le score était de 1 à 1

Âgée de 20 ans, sa petite protégée disputera ce dimanche, face à la Slovène Tamara Zidansek, tête de série No 1, sa première finale WTA au Ladies Open de Lausanne. «Et pourtant, en mai 2019, après une opération au poignet gauche, on ne savait même pas si elle pourrait rejouer au tennis», explique, admiratif, celui qui polit ce diamant pur, numéro un mondial junior en 2018, depuis environ dix-huit mois.

‹‹On sait qu’elle peut très bien jouer au tennis et dans la difficulté elle répond présent. À chaque fois elle retourne des matches, elle ne lâche jamais rien.››

Thierry Champion, coach de Clara Burel, finaliste du Ladies Open de Lausanne

Thierry Champion, voilà votre petite championne, qui sera dans le top 100 lundi, en finale d’un tournoi WTA. C’est quoi votre sentiment?

Que cela fait un bon moment qu’elle joue bien, en remportant passablement de matches sur le circuit secondaire. Elle a même passé un tour en Grand Chelem, à Wimbledon. Il fallait enchaîner ici à Lausanne, ce qu’elle a fait. Au-delà de son jeu et que ce soit sa première finale, cette belle performance face à Caroline Garcia va probablement lui permettre d’entrer directement dans le tableau principal de l’US Open. Ce n’est pas rien, même si en venant ici ce n’était pas son but principal. On sait quelle peut très bien jouer au tennis et dans la difficulté elle répond présent. À chaque fois elle retourne des matches, elle ne lâche jamais rien.

On a eu l’impression que c’est dans la tête qu’elle a fait la différence face à Caroline Garcia. Est-ce aussi votre avis?

Oui bien sûr. Il y a chez elle un travail intérieur qui est énorme. Elle sait garder son calme et rester positive en saccrochant sur chaque point, quel que soit le score. C’est ce qui est fort. C’est déjà ce qu’elle avait réussi à faire vendredi contre Fiona Ferro qui l’avait battue à Lyon avant de battre pour la première fois Caroline Garcia dans la foulée, soit les deux meilleures Françaises actuellement.

‹‹ Elle est venue ici avec l’espoir de gagner des matches et de remporter le tournoi sinon on serait restée à Paris. Cette finale, on va bien la préparer.››

Thierry Champion, coach de Clara Burel, finaliste du Ladies Open de Lausanne

Et voilà sa première finale contre Tamara Zidansek, demi-finaliste à Roland-Garros, qu’elle va jouer avec son insouciance

Ce n’est pas de linsouciance. Elle est venue ici avec l’espoir de gagner des matches et de remporter le tournoi sinon on serait restée à Paris. Cette finale, on va bien la préparer. À elle de bien récupérer et de soigner sa cheville.

Votre opinion