Publié

MédiasThierry Meyer quitte «24 Heures»

Le rédacteur en chef du quotidien vaudois a décidé de quitter ses fonctions pour rejoindre le privé.

Thierry Meyer est à la tête du journal depuis septembre 2006.

Thierry Meyer est à la tête du journal depuis septembre 2006.

Keystone

Thierry Meyer, rédacteur en chef du quotidien 24 heures, quittera ses fonctions d'ici fin 2017. Il rejoindra une agence de communication en tant qu'associé.

«Lorsque je suis devenu rédacteur en chef de 24 heures il y a 11 ans, je m'étais fixé une échéance d'une décennie. Dix ans c'est bien, on peut apprendre son métier, développer des projets, imprimer une certaine marque. Mais il faut éviter la mauvaise routine, lorsque l'on ne se remet plus en question», a déclaré Thierry Meyer, interrogé par l'ats après l'annonce de son départ.

Chef de rubrique

Né en 1964, Thierry Meyer est à la tête du journal depuis septembre 2006. Il avait alors succédé à Jacques Poget. Avant d'occuper ce poste, cet enfant de Morges (VD) a fait ses premiers dans la presse à 24 heures, indique mardi le groupe Tamedia.

Par la suite, il a occupé la fonction de chef de la rubrique économique du Nouveau Quotidien, puis du Temps. Correspondant permanent au Royaume-Uni de 2000 à 2004, il fut aussi correspondant parlementaire à Berne pour le Temps.

«Journaliste passionné»

«Un départ permet de libérer des forces, des autres talents, même si ça me coûte énormément de partir. Je suis un journaliste passionné», affirme Thierry Meyer.

Le quinquagénaire rejoindra l'équipe de Dynamics Group d'ici à la fin de l'année et sera basé à Lausanne. Il «renforcera de manière significative la présence de Dynamics Group dans le canton de Vaud et en Suisse romande», salue l'agence.

Pas diaboliser les lobbys

«Les lobbyistes sont les avocats de la parole, il n'y a pas d'un côté le bien avec la presse et de l'autre le mal incarné par les lobbys. Je n'ai pas une vision manichéenne du monde, les choses sont beaucoup plus subtiles. Je pars dans cet esprit-là et je rejoins des gens qui partagent ces valeurs, cette éthique», commente Thierry Meyer.

S'agissant du nom de la personne qui lui succédera, Tamedia précise qu'il sera communiqué «en temps voulu». «Je suis persuadé qu'il y a toutes les compétences et tous les talents à l'interne de 24 heures pour trouver un nouveau rédacteur en chef», note pour sa part Thierry Meyer.

L'organisation professionnelle de journalistes Impressum espère que «ces changements conforteront la solidité du titre et iront dans le sens d'un investissement du groupe».

Pas lié à une conjoncture

Après les récentes réductions d'effectifs dans des rédactions romandes de Tamedia (24 heures et Tribune de Genève), le syndicat souligne par la voix de sa secrétaire centrale Dominique Diserens qu'il «ne veut plus de cette logique de continuer à épargner sur le dos des journalistes».

«Je n'ai jamais dit que je ne serais pas celui qui conduira la prochaine restructuration de 24 heures, il y a des opportunités et des ressources au sein du groupe Tamedia. Mon départ n'est pas lié à une conjoncture particulière», relève Thierry Meyer.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!