Football: Thomas Meunier: «Ça casse les pieds»
Publié

FootballThomas Meunier: «Ça casse les pieds»

Avant de défier la Suisse vendredi, le défenseur belge a poussé son petit coup de gueule contre la Ligue des Nations.

Thomas Meunier aurait sûrement préféré avoir quelques jours de vacances avec sa compagne Deborah Panzokou.

Thomas Meunier aurait sûrement préféré avoir quelques jours de vacances avec sa compagne Deborah Panzokou.

AFP

A deux jours du second rendez-vous des «Diables Rouges» - victoire initiale 3-0 contre l'Islande - avec la Ligue des Nations, Thomas Meunier avait des choses à dire. Tandis que certains de ses coéquipiers au PSG se sont vus accorder une semaine de repos pendant la trêve internationale, le Belge a lui dû rejoindre sa sélection pour ferrailler face à la Suisse, ce vendredi, à Bruxelles.

La compétition, déjà fustigée par l'entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp, ne trouve pas grâce non plus aux yeux du défenseur parisien. «Je sais qu’il y a toujours des questions d’argent et de droits. Mais là, c’est mettre des matches pour mettre des matches. Je préférerais que la FIFA nous laisse un week-end libre pour que nous puissions avoir quelques jours de repos», explique Thomas Meunier, dont les propos sont relayés par «La Dernière Heure». Depuis la mi-août, nous avons déjà joué dix matches, ce qui est énorme (...)».

Mise sur pied pour remplacer les nombreux matches amicaux, la Nations League vient surtout densifier un peu plus un calendrier déjà insensé pour Thomas Meunier. «Ce n’est pas nécessaire de mettre des matches avec l’équipe nationale en octobre, par exemple. Je comprends que les rassemblements de septembre et novembre soient utiles mais là, il n’y a que trois semaines entre chaque match international. La plupart des joueurs partagent ma réflexion. Ça casse les pieds, même si c’est un plaisir de venir en équipe nationale», poursuit celui qui est en couple et père d'un petit Landrys.

Interrogé par les médias de son pays mercredi, Thomas Meunier a également donné son avis sur la Nati. «La Suisse, c'est un autre niveau (ndlr: que l'Islande). Elle a un très bon groupe, des joueurs qui jouent dans des grandes équipes. Mais on joue à domicile, on est la Belgique, il ne doit pas y avoir de suspense. On doit tuer le match. C'est nos principaux concurrents. Si on gagne, on sera bien placés pour finir premiers du groupe».

(JSa)

Votre opinion