Football: Thomas Müller furieux d'avoir été évincé

Publié

FootballThomas Müller furieux d'avoir été évincé

Le joueur du Bayern Munich n'a pas apprécié d'être écarté de la sélection nationale allemande.

par
Afp
«Plus j'y pense, plus la façon dont tout cela s'est passé me met en colère» a dit Thomas Müller.

«Plus j'y pense, plus la façon dont tout cela s'est passé me met en colère» a dit Thomas Müller.

Keystone

Thomas Müller, écarté mardi à 29 ans de l'équipe d'Allemagne après 100 sélections, a vivement critiqué la manière dont la nouvelle lui été annoncée et a été rendue publique, fustigeant le «manque de considération» de la Fédération allemande.

Il dit ne pas comprendre le caractère «définitif» de son éviction et affirme que lui et ses deux coéquipiers du Bayern Munich, Jérôme Boateng et Mats Hummels, également mis d'office à la retraite internationale, peuvent encore «jouer au plus haut niveau».

«Plus j'y pense, plus la façon dont tout cela s'est passé me met en colère», déclare le joueur du Bayern Munich dans un message vidéo de près de deux minutes publié mercredi sur les réseaux sociaux.

Cinq ans après le titre

Müller, Boateng et Hummels ont reçu mardi à Munich la visite inattendue du sélectionneur Joachim Löw, qui leur a signifié personnellement leur disgrâce, près de cinq ans après leur titre mondial au Brésil 2014, et huit mois après la débâcle au Mondial en Russie.

«J'ai dormi une nuit là dessus pour laisser passer du temps. La décision soudaine du sélectionneur m'a évidemment laissé perplexe», dit Müller. «Un sélectionneur doit prendre des décisions sportives, pas de problème, je ne remets pas ça en question», ajoute-t-il.

«Mais c'est surtout le caractère définitif de la décision pour lequel je n'ai aucune compréhension. Mats, Jérôme et moi-même sommes encore en état de jouer au plus haut niveau», affirme-t-il.

«Les communiqués de la DFB et de son président (ndlr: Reinhard Grindel), préparés à l'avance, étaient de mon point de mauvais goût et témoignent d'un manque de considération», poursuit Müller.

Regarder vers l'avant

M. Grindel avait salué mardi la détermination de Löw à mener à bien «le changement profond» nécessaire en équipe nationale.

Après avoir remercié ses supporters, Müller conclut: «Ceux qui me connaissent savent que je suis un battant, je vais regarder vers l'avant. Nous avons maintenant avec le Bayern une phase très chaude où nous allons nous battre pour trois titres. Et c'est pour cela que je veux vous dire: le match n'est pas encore fini».

Le premier à réagir mardi soir avait été Jérôme Boateng, plus sobrement: «Je suis triste, parce que pour moi, représenter mon pays a toujours été ce qu'il y avait de plus grand, mais je respecte la décision du sélectionneur», avait-il twitté.

Ton opinion