Publié

TennisThomaz Bellucci, roi de Gstaad

Thomaz Bellucci est bien le nouveau «roi» du tournoi de tennis de Gstaad. Trois ans après son premier succès dans l’Oberland, le Brésilien a à nouveau imposé sa loi. Il a battu en finale le Serbe Janko Tipsarevic.

Le Brésilien Thomaz Bellucci est bien le nouveau «roi» de Gstaad.

Le Brésilien Thomaz Bellucci est bien le nouveau «roi» de Gstaad.

Thomaz Bellucci est bien le nouveau «roi» de Gstaad. Trois ans après son premier succès dans l’Oberland, le Brésilien a à nouveau imposé sa loi.

60e joueur mondial, Bellucci a cueilli le troisième titre de sa carrière en s’imposant 6-7 6-4 6-2 devant la tête de série no 1 Janko Tipsarevic en finale de l’édition 2012 du Crédit Agricole Suisse Open. Un succès qui ne souffre aucune discussion dans la mesure où le gaucher de Sao Paulo, avant sa victoire face au no 8 mondial, avait dû écarter deux autres classés parmi les trente mellieurs mondiaux, le Russe Mikhaïl Youzhny (ATP 28) et l’Espagnol Feliciano Lopez (ATP 30), ainsi que le grand espoir bulgare Gregor Dimitrov dans une demi-finale très indécise samedi.

Revanche

Dimanche sous un soleil revenu, Bellucci a pris une éclatante revanche sur Tipsarevic qui l’avait battu huit jours plus à Stuttgart. Après avoir enlevé le premier set au jeu décisif, le Serbe a connu un passage à vide fatal au plus mauvais moment. Il perdait ainsi deux fois de suite son service, au dixième jeu du deuxième set et au deuxième du troisième. En moins de dix minutes le match avait basculé. Malgré sa combativité, le Serbe n’allait plus revoir le Brésilien.

Plus riche de 64 700 euros et de 250 points ATP qui vont lui permettre de figurer ce lundi au 38e rang du nouveau classement, Thomaz Bellucci sera sans doute le seul à regretter le passage à l’herbe que Gstaad envisage pour 2015.

A 24 ans, l’avenir est, en effet, encore devant lui. Après avoir eu un certain mal à assimiler la notoriété que lui a procuré ses victoires à Gstaad en 2009 et à Santiago en 2010 - «on a vu trop vite en moi le successeur de Gustavo Kuerten», lâche-t-il, le protégé de Daniel Orsanic a retrouvé cet été tout son punch. Victorieux il y a quinze jours du Challenger de Brunswick et demi-finaliste à Stuttgart, le Brésilien a rendu une copie parfaite à Gstaad.

(Si)

Votre opinion