People: Thuram nie toute violence envers Karine Le Marchand

Publié

PeopleThuram nie toute violence envers Karine Le Marchand

L'ancien footballeur, poursuivi par son ex-compagne, comparaît au tribunal pour diffamation.

Karine Le Marchand et Lilian Thuram, ici avec Valérie Trierweiler le 12 novembre 2012.

Karine Le Marchand et Lilian Thuram, ici avec Valérie Trierweiler le 12 novembre 2012.

AFP

L'ancien footballeur Lilian Thuram a nié vendredi toute violence à l'encontre de son ex-compagne Karine Le Marchand, qui le poursuit en diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir dit qu'elle avait porté plainte contre lui par vengeance.

«Je n'ai jamais été violent avec Karine Le Marchand», a affirmé l'ancien champion du monde de football, reconnaissant avoir «attrapé par l'épaule» son ex-compagne, alors que l'animatrice de télévision affirme avoir été violemment poussée contre un frigo, «à trois reprises», et avoir été «tirée par la queue de cheval» lors d'une dispute.

C'est bien le coeur de l'affaire: Karine Le Marchand estime qu'elle a été diffamée par les propos tenus par Lilian Thuram sur Canal+ le 17 octobre 2013. Ce jour-là, il va s'expliquer, après un dépôt de plainte le 3 septembre -- puis son retrait dix jours plus tard -- pour «violences conjugales» par son ex-compagne. L'ex-star affirme n'avoir «jamais été violent avec Karine Le Marchand» et que la raison de la plainte réside dans son refus de satisfaire une demande de «compensation» pour «les années passées ensemble».

«Rétablir son honneur»

Estimant qu'il l'a traite de «menteuse», l'animatrice demande un euro de dommages et intérêt, pour «rétablir son honneur», a expliqué son avocat, Me Jean Ennocchi. Affirmant lui aussi qu'il est venu défendre son honneur, lui qui «a mis sa notoriété au service de la lutte contre le racisme, la violence» et se retrouve «accusé de cogner sa gonzesse», Thuram plaide la bonne foi et demande la relaxe.

Ils sont malheureux d'être là, à se déchirer encore devant la presse, le public. «C'est médiocre», répète le détenteur du record des sélections en équipe de France. «On voit bien que vous vous êtes aimés. C'est dommage, tellement dommage. Ce n'est pas à la hauteur, ni de l'un, ni de l'autre», regrette le président Alain Bourla.

«Karine a été, est, la femme de ma vie, dit l'ex-footballeur. Je ne suis pas allé à Canal pour régler un problème avec elle. J'y suis allé parce que j'étais obligé, pour la fondation» Lilian Thuram-Education contre le racisme, créée en 2008.

Achat d'un appartement

Le président de la fondation, Lionel Gauthier, est venu dire quels effets «dévastateurs» la plainte avait eu, évoquant l'annulation de voyages en Bolivie et en Italie, les messages haineux ou interrogatifs adressés à la fondation, sommant Thuram de s'expliquer.

Mais la cour s'interroge: A Canal+, Thuram a produit un SMS de son ex-compagne disant: «Si tu veux la guerre, Lilian, tu vas l'avoir, au-delà de ce que tu peux imaginer». Omettant de dire qu'il avait un temps envisagé de l'aider à acquérir un appartement. Pourquoi la présenter sous un jour si «négatif»? demande le président.

Il raconte qu'elle a voulu partir, puis a hésité, parlé d'acheter un appartement. Il a été d'accord, puis a renoncé car «l'appartement coûtait 1,8 million et les frais de donation m'auraient coûté 1,2 million à eux seuls». «Le jour où il dit non, c'est l'avalanche: menaces, dispute et à 20H00, plainte au commissariat», relève Me Emmanuelle Kneusé, l'avocate de Lilian Thuram.

Légion d'honneur

Pourquoi avoir retiré cette plainte, puisqu'elle maintient avoir été violentée? «Il y a eu pression de l'entourage de Thuram», quelques jours «avant la remise de la légion d'honneur par François Hollande», affirme Me Ennocchi. «Il n'y a pas la moindre lésion constatée, le certificat médical fait état d'un jour d'ITT somatique», tempête Me Kneusé, dénonçant des poursuites sans fondement.

Le jugement a été mis en délibéré au 19 février.

(AFP)

Ton opinion