Publié

FOOTBALLTibert Pont: «Il faut être patient avec Servette»

Capitaine du club grenat, Tibert Pont réclame du temps sans fuir ses responsabilités. Après le couac de Wohlen, il sonne le rappel des troupes.

par
Nicolas Jacquier
Tibert Pont: «Ce qui s'est passé lundi soir nous a simplement remis les pieds sur terre.»

Tibert Pont: «Ce qui s'est passé lundi soir nous a simplement remis les pieds sur terre.»

Eric Lafargue

Tibert Pont, Servette a une nouvelle fois chuté en début de semaine face à Wohlen, sa bête noire (défaite 4-2). Comment se relève-t-on d'un pareil échec?

- Il ne faut ni paniquer, ni tout remettre en question, mais continuer notre progression, indépendamment de celle des autres. N'oublions pas que l'on est en phase de construction. Des couacs comme celui de Wohlen, il y en aura sans doute encore cette saison. Il faut être patient avec cette équipe. Ce qui s'est passé lundi soir nous a simplement remis les pieds sur terre.

A Genève, l'attente est énorme. N'est-elle pas trop élevée par rapport au réel potentiel de l'équipe?

- Cette attente est normale, même si l'on sait paradoxalement que notre situation nécessite aussi de la patience et du temps. Servette a failli disparaître il y a 2 ans; cela, on a peut-être tendance à l'oublier. Les gens qui sont arrivés sont là pour le long terme. On le sait. Et le public aussi doit le savoir. Cela dit, on ne doit pas tomber dans le pessimisme, mais réagir dès dimanche.

Quelle est la patte de Kevin Cooper? Qu'apporte-t-il de vraiment nouveau?

- Sans doute une vision différente, à l'image des petits-déjeuners et des repas qui se prennent désormais en commun. A tous les niveaux, Servette doit se reconstruire une nouvelle image. Avec Cooper, on découvre aussi cette vision anglaise que l'on ne connaissait pas.

Servette affronte dimanche un FC Wil qui n'a pas encore inscrit le moindre but cette saison - ni le moindre point d'ailleurs...

- Les Saint-Gallois ont perdu leur buteur Holenstein. Wil demeure malgré tout une équipe difficile à manœuvrer. Mais l'on sait qu'en réussissant à ouvrir le score, on pourrait mentalement les enfoncer encore davantage...

Ton opinion