Elections de mi-mandat: Tillerson avertit Moscou de «conséquences»
Publié

Elections de mi-mandatTillerson avertit Moscou de «conséquences»

Le chef de la diplomatie américaine a mis en garde la Russie mardi, dans le cas où elle tenterait d'interférer dans les élections de 2018.

1 / 100
Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. (Vendredi 8 mai 2020)

Le ministère américain de la Justice a retiré jeudi le dossier d'accusation contre un ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe. (Vendredi 8 mai 2020)

AFP
L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)

L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)

AFP
Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016. (Samedi 16 novembre 2019)

Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016. (Samedi 16 novembre 2019)

Keystone

La Russie devra faire face à des «conséquences» si elle intervient dans les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, a prévenu mardi le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, lors de sa tournée diplomatique en Amérique Latine.

Dans un entretien à la chaîne Fox News, Rex Tillerson a déclaré qu'il y avait «de nombreuses façons pour les Russes de s'immiscer dans les élections, de nombreux outils qu'ils peuvent utiliser». «Et nous remarquons certains comportements. Un certain nombre d'élections importantes se tiennent dans cet hémisphère cette année, qui se terminera sur une élection aux Etats-Unis en 2018», a poursuivi Rex Tillerson.

Les élections américaines de mi-mandat se dérouleront en novembre 2018. «Je pense qu'il est important de continuer à dire à la Russie: 'Ecoutez, si vous pensez que nous ne voyons pas ce que vous faites, eh bien nous le voyons, et vous devez arrêter. Si vous n'arrêtez pas, vous allez devoir en subir les conséquences'.» Le chef de la diplomatie américaine a toutefois reconnu que si Moscou décide de s'ingérer dans une élection, il est «très difficile de l'en empêcher».

Moscou nie toute ingérence

Le mois dernier, le directeur de la CIA Mike Pompeo avait averti qu'il s'attendait à ce que la Russie essaie d'interférer dans les élections de 2018 comme elle l'a fait selon des agences de renseignement américaines dans l'élection présidentielle de 2016.

L'équipe du procureur spécial Robert Mueller et deux enquêtes parlementaires cherchent à établir si la Russie a interféré dans l'élection présidentielle pour aider Donald Trump à battre sa rivale démocrate Hillary Clinton, s'il y a eu collusion de l'équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie et si M. Trump a tenté de faire obstacle aux investigations.

La Russie nie catégoriquement toute ingérence de sa part dans l'élection présidentielle de 2016. M. Trump dément toute collusion avec la Russie.

(AFP)

Votre opinion