Publié

JO 2016Timea Bacsinszky: «C'est juste irréel»

La Vaudoise était extrêmement émue après s'être qualifiée pour la finale du double des JO de Rio.

1 / 143
La joie de Nino Schurter avec sa médaille d'or autour du cou sur le podium (21 août 2016).

La joie de Nino Schurter avec sa médaille d'or autour du cou sur le podium (21 août 2016).

Keystone
Avec trois médailles d'or, deux d'argent et deux de bronze, l'objectif minimal a été dépassé pour la Suisse à Rio.

Avec trois médailles d'or, deux d'argent et deux de bronze, l'objectif minimal a été dépassé pour la Suisse à Rio.

Keystone
Après des médailles de bronze et d'argent en 2008 et 2012, Nino Schurter s'est enfin paré d'or en VTT (21 août 2016).

Après des médailles de bronze et d'argent en 2008 et 2012, Nino Schurter s'est enfin paré d'or en VTT (21 août 2016).

Keystone

«C'est fabuleux. C'est un honneur de jouer une finale olympique. Quand j'étais petite, je me disais que ce serait génial de pouvoir un jour avoir une médaille. Mais je ne pensais pas pouvoir y arriver», a lâché une Timea Bacsinszky extrêmement émue après s'être qualifiée au côté de Martina Hingis pour la finale du double des JO de Rio.

«Quand je pense à tout ce que Martina représentait pour moi quand j'étais petite, cela rend notre parcours d'autant plus extraordinaire. Une complicité s'est créée entre nous, avant tout sur le plan humain, surtout depuis le barrage de FedCup en Pologne» en avril 2015. «Maintenant, on a un rêve en commun», a-t-elle lancé.

«Viktorija a été géniale»

«Nous n'avions jamais joué ensemble avant ce tournoi olympique. Et avant notre premier match, j'avais disputé un simple qui avait duré trois heures», a rappelé Timea Bacsinszky, qui avait subi la loi de Zhang Shuai au 1er tour après avoir manqué trois balles de match. «La machine s'est ensuite mise en marche», a-t-elle raconté.

«Ce matin (réd: vendredi matin), on s'est dit que c'était déjà génial de nous retrouver en demi-finale. Nous sommes parties de rien ici, et nous avons su créer quelque chose d'extraordinaire. En juin, Martina pensait jouer avec Belinda (Bencic), et j'étais supposée jouer avec Viktorija (Golubic)», a souligné Timea Bacsinszky, qui avait une pensée pour la Zurichoise: «Viktorija a été géniale. C'est vraiment très dur d'être à sa place.»

«Nous sommes une équipe»

Les émotions sont-elles plus fortes que lorsqu'elle s'était qualifiée pour les demi-finales de Roland-Garros l'an dernier? «Elles sont en tout cas tout aussi grandes. C'est un mélange de beaucoup de choses. En Grand Chelem, tu es seule. Ici, nous sommes une équipe. Et ce n'est jamais facile de créer une équipe. L'alchimie ne fonctionne pas avec tout le monde» a-t-elle glissé.

«Cette demi-finale prouve qu'il ne faut jamais arrêter de se battre dans la vie», a encore lâché la joueuse de Belmont au terme d'un match dans lequel le duo Bacsinszky/Hingis a écarté deux balles de match à 7-5 5-4 en faveur d'Andrea Hlavackova/Lucie Hradecka. «Après ma défaite en simple, j'avais bien dit que la roue finit toujours par tourner», a-t-elle souri.

«Quand nous nous sommes retrouvées dos au mur dans le deuxième set, j'avais encore beaucoup d'énergie, et je sentais aussi que Martina y croyait encore. Nous nous sommes dit que nous n'avions pas du tout envie de jouer la petite finale», a raconté Timea Bacsinszky. Maintenant, c'est la dernière ligne droite. Nous sommes super heureuses d'avoir une médaille d'argent. Mais nous sommes des compétitrices, et allons tout tenter pour aller chercher l'or», a-t-elle conclu.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!