Genève: Titeuf retourne dans son école, là où tout a commencé

Actualisé

GenèveTiteuf retourne dans son école, là où tout a commencé

Une statue en bronze du héros trône désormais dans le collège de Carouge qui a inspiré à Zep son fameux personnage.

par
Michel Pralong
1 / 22
Un nouvel élève est arrivé ce matin dans le préau de l'école Jacques-Dalphin. Mais il y restera pour toujours, c'est Titeuf.

Un nouvel élève est arrivé ce matin dans le préau de l'école Jacques-Dalphin. Mais il y restera pour toujours, c'est Titeuf.

Le Matin
Cette statue en bronze de 1,40 m de haut et de 100 kilos montre un Titeuf l'air las ou pour le moins dubitatif, avec un sourcil arqué (du coup on ne voit que celui-là), se dirigeant hors de l'école.

Cette statue en bronze de 1,40 m de haut et de 100 kilos montre un Titeuf l'air las ou pour le moins dubitatif, avec un sourcil arqué (du coup on ne voit que celui-là), se dirigeant hors de l'école.

Le Matin
Zep était particulièrement heureux de voir que son personnage avait désormais sa place à part entière dans l'école qui l'a inspiré.

Zep était particulièrement heureux de voir que son personnage avait désormais sa place à part entière dans l'école qui l'a inspiré.

Keystone

Jamais, dans ses albums, Titeuf ne précise où se trouve son école, ni même dans quel pays elle se situe. Ainsi, chaque lecteur peut plus facilement s'identifier à lui. Pourtant, son école existe bel et bien. Il n'y est pourtant jamais allé, mais c'est celle-ci qui a inspiré Zep pour créer ce qui est devenu l'un des personnages les plus populaires de la BD. Et ce n'est que ce 6 juin 2019 que Titeuf y a fait officiellement son entrée. Enfin, façon de parler, puisqu'il est plutôt resté dans le préau et qu'il y restera même toujours, puisqu'il est représenté sous la forme d'une statue en bronze rivée à son sol.

Récréation forcée

Mais rembobinons. Nous sommes en 1992, Zep a 24 ans et tente de percer dans la BD, sauf qu'il mange plutôt de la vache enragée. Avec son peu de moyens, le seul atelier qu'il déniche se trouve au 2e étage du 12 rue du Collège, à Carouge (GE). C'est un entrepôt mais il persuade son propriétaire de le laisser y emménager. Pour le convaincre, il va jusqu'à lui trouver un autre endroit où entreposer ce qui y était précédemment rangé et transporte tout cela lui-même. Et Zep se met alors à sa table de dessin, cherchant un héros qui pourrait plaire à un éditeur. Sauf qu'à chaque récréation, il doit s'interrompre, les enfants de l'école Jacques-Dalphin juste en face faisant trop de bruit pour qu'il puisse se concentrer. C'est une sorte de récréation pour lui aussi. Jusqu'au jour où, à ce moment précis, «je suis brusquement retourné à l'âge de ces élèves, a-t-il raconté hier lors de l'inauguration de la statue. Tout m'est revenu, le goût du pain au chocolat, les jeux dans la cour, les copains. »Une fois cette expérience quasi mystique terminée (et ce fut rapide), Zep se dit... et si je tenais mon héros.

Titeuf était né. Il l'a d'abord montré à son ami Valott, notre dessinateur du «Matin», qui l'a conforté dans son choix. Son môme avait du potentiel. Il faudra tout de même attendre que l'œil avisé de Jean-Claude Camano des éditions Glénat voie également que ce Titeuf était génial pour que l'aventure commence et devienne un succès planétaire.

Les heureuses coïncidences se poursuivent dans l'histoire du héros à la mèche puisque c'est à Catherine Mauron qu'on a demandé de concevoir cette statue. Or elle est l'épouse de celui que Zep considère comme le parrain de Titeuf, à savoir Valott, et qu'elle a même été la première à l'époque à réaliser un Titeuf en trois dimensions. Mais cela les commanditaires du projet l'ignoraient. Le hasard fait une fois de plus bien les choses.

L'enfant de Carouge

Cette statue en bronze, magnifique, arrimée solidement au sol et renforcée à l'intérieur par une tige d'acier, pourra aisément supporter les assaut des enfants qui, à peine dévoilée, l'ont déjà prise d'assaut. La ville de Carouge a financé cette action qui est un signe de reconnaissance à l'un de ses enfants qui est devenu connu dans le monde entier. L'inauguration a eu lieu en parallèle à l'ouverture d'une grande expo consacrée à Titeuf par le Musée de Carouge et à une expo-vente de dessins de Zep à la galerie voisine Séries Rares.

Un mauvais exemple

Juste avant d'enlever le drap qui cachait son Titeuf, Zep a conseillé aux enfants présents de ne pas prendre exemple sur son héros. «Cela fait tout de même 27 ans qu'il est à l'école, et toujours en primaire.» Le monde de la BD genevoise était bien représenté à cette inauguration, avec évidemment Valott, mais aussi Buche, Exem et Poussin. L'éditeur de Titeuf, Jacques Glénat était évidemment présent, tout comme l'auteure Mélanie Chappuis, épouse de Zep, ainsi que le romancier Joël Dicker. Tout ce joli monde était réuni dans une cour dont les platanes semblent tout droit sortis des albums de Titeuf. Avec cette statue désormais, ce coin de Carouge ressemble encore davantage à Titeufland. Zep ne pourra jamais renier de telles racines.

Ton opinion