Actualisé 21.12.2018 à 07:54

PolémiqueToblerone, preuve de «l’islamisation de l’Europe»...

En devenant discrètement halal, Toblerone s’est attiré les foudres de l’extrême droite et de beaucoup de ses clients. Une colère qui devenue mondiale.

von
Renaud Michiels
iStock

Dimanche, «SonntagsBlick» révélait que Toblerone a acquis la certification halal. Sans le communiquer, discrètement, en avril dernier. Depuis, les critiques pleuvent. Partout autour de la planète. Avec de nombreux appels au boycott.

Dès dimanche, sur les réseaux sociaux, les commentaires virulents à l’encontre de Toblerone ont commencé à fleurir. La «fachosphère» et des mouvements d’extrême droite se sont rapidement emparés de la nouvelle. Et dès lundi, le porte-parole de l’AfD allemande (Alternative für Deutschland) Jörg Meuthen dénonçait cette preuve de «l’islamisation de l’Europe».

L'islamisation sur tous les tons

Une accusation qu’on retrouve désormais dans beaucoup de langues et déclinée sur tous les tons: «islamisation rampante», «normalisation de l’intégrisme», «halalisation» des sociétés occidentales. Le tout accompagné d’appels au boycott, de refus de payer un «impôt islamique» ou de témoignage de personnes jurant ne plus jamais vouloir toucher de triangle Toblerone.

L’iconique chocolat est célèbre dans le monde entier. La polémique s’est donc assez naturellement mondialisée. Portée par exemple par un article de CNN publié mercredi: «La certification halal de Toblerone indigne l’extrême droite». Ou un autre, ce jeudi, du Mail Online, l’un des sites médias les plus consultés au monde.

Une recette inchangée

Des articles qui rappellent que la recette du Toblerone n’a pas changé et que la certification halal assure qu’aucune trace d’alcool ou de gélatine ne puisse entrer en contact avec le produit. En Suisse, il a aussi été souligné que bien d’autres produits ont été certifiés halal: Ricola, Maggi, les capsules Nespresso, etc.

N’empêche. Sur les réseaux sociaux, l’ampleur des appels au boycott est massive. Va-t-elle réellement peser sur les affaires de Toblerone? Ou cet énervement va-t-il rester cantonné à une petite frange de la population et se dissiper? Trop tôt pour le dire.

Impression de tromperie

Une certitude par contre, la communication du géant américain Mondelez, propriétaire du chocolat suisse, n’a pas du tout été maîtrisée. En cachant ou n’annonçant pas la certification halal de Toblerone, Mondelez a créé une bonne partie de la colère qui s’étale aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Car beaucoup disent leur sentiment d'avoir été trompés. En étant plus transparent, Toblerone aurait certainement pu s’éviter ce méchant bad buzz qui tombe juste avant les Fêtes.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!