Tom Cruise signe une arrivée en grande pompe pour son retour à Cannes
Actualisé

CinémaTom Cruise crée l’événement sur les marches de Cannes

30 ans après sa dernière apparition, l’acteur de 59 ans est de retour sur la Croisette pour présenter «Top Gun: Maverick». Lematin.ch y était.

par
Fabio Dell'Anna, Cannes
1 / 10
A 59 ans, Tom Cruise a fait sensation au Festival de Cannes.

A 59 ans, Tom Cruise a fait sensation au Festival de Cannes.

lematin.ch/Petar Mitrovic
Tom Cruise et sa partenaire dans «Top Gun: Maverick», Jennifer Connelly.

Tom Cruise et sa partenaire dans «Top Gun: Maverick», Jennifer Connelly.

lematin.ch/Petar Mitrovic
Le producteur du film «Top Gun: Maverick», le célèbre Jerry Bruckheimer (ici avec son épouse).

Le producteur du film «Top Gun: Maverick», le célèbre Jerry Bruckheimer (ici avec son épouse).

lematin.ch/Petar Mitrovic

Tom Cruise ne fait pas les choses à moitié lorsqu’il vient au Festival de Cannes. Il arrive ce mercredi 18 mai à bord d’un hélicoptère sur la Croisette pour présenter le film «Top Gun: Maverick». Lunettes aviateur vissées sur le nez, la star n’est pas revenue pour la Quinzaine depuis 1992. Il avait présenté le film «Horizon Lointain» de Ron Howard.

À ses côtés, on reconnaît tout le casting du long métrage, dont la production a coûté 140 millions de dollars (près de 125 millions de plus que le premier volet). Après plus de 20 minutes de photocall, l’acteur de 59 ans se dirige vers le Palais des Festivals sous les applaudissements du public. Il prend son temps et accepte les selfies avant sa conférence de presse à laquelle lematin.ch participe.

Une fois sur scène, il serre la main de certains journalistes avant de s’asseoir dans un fauteuil en cuir noir. Tout au long de cette heure en sa compagnie, il parle de son amour pour le septième art. Il est tombé sous le charme du cinéma dès son premier rôle dans «Taps», alors qu’il n’avait que 18 ans. Il questionnait tout le temps les techniciens pour tout comprendre. «Je suis allé étudier chaque département de peur de ne jamais remettre les pieds sur un plateau. Je n’ai fait aucune école de cinéma, mais aujourd’hui je connais les films. J’ai grandi sur un tournage et je fais les films pour les spectateurs, car j’en suis moi-même un», explique-t-il, avant d’ajouter: «Le cinéma, c’est ma vie, ma passion. Je vais voir les nouveaux films comme tout le monde. Mais je mets ma casquette.»

«J’essaie de me surpasser dans cet art»

Son interlocuteur, le journaliste Didier Allouch, rappelle qu’il a commencé à produire ses propres films depuis 1996 avec le long métrage d’action: «Mission: Impossible». Il demande d’ailleurs pourquoi tient-il à faire toutes ces cascades lui-même? «Personne n’a demandé à Gene Kelly: Pourquoi danses-tu?» dit-il avec humour avant de raconter une anecdote drôle de son enfance: «J’avais 4 ans et demi et j’avais un jouet parachute. J’ai voulu faire pareil. Je me suis fait un parachute avec mes draps, je suis monté sur le toit. J’ai touché le sol si durement que j’ai vu des étoiles.» Il précise qu’il aime sortir de sa zone de confort: «J’apprends encore, je continue d’explorer et j’essaie de me surpasser dans cet art. Je me pose toujours la question comment je peux divertir le public.»

Il a refusé de tourner tout de suite le second volet de «Top Gun»

Pour le comédien, il était impossible de sortir la suite de «Top Gun» directement après le succès du premier. «En 1986, le studio m’a proposé de tourner rapidement le deuxième volet, mais je n’étais pas prêt. Il fallait que je comprenne mieux le cinéma.» Plus de trente-cinq ans après, Tom Cruise monte les marches de cette 75e édition pour ce long métrage si attendu par les fans.

Sa sortie a d’ailleurs été repoussée à plusieurs reprises à cause de la pandémie, mais hors de question de diffuser le film sur une plateforme. «Jamais!» s’exclame-t-il. «Je fais ces projets pour le grand écran. Ils ne sortiront pas directement en streaming. Aller au cinéma, c’est partager une expérience, quelle que soit notre culture ou langue.»

Votre opinion