Tombes délaissées au cimetière de Courtelary
Publié

Jura bernoisTombes en friche, la commune sévit!

Un ultimatum a été fixé aux familles pour l’entretien des dernières demeures du cimetière de Courtelary. Lematin.ch s’y est promené.

par
Vincent Donzé
1 / 22
Au cimetière de Courtelary, la nature reprend trop ses droits.

Au cimetière de Courtelary, la nature reprend trop ses droits.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Le clocher n’est pas seul à tendre vers le ciel.

Le clocher n’est pas seul à tendre vers le ciel.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Les pierres tombales ne sont pas toutes déchiffrables.

Les pierres tombales ne sont pas toutes déchiffrables.

Lematin.ch/Vincent Donzé

À Courtelary, le service de la voirie entretient le cimetière, mais il y a des limites. «De nombreuses tombes sont laissées à l’abandon», déplorent les autorités. Leur constat: «Sur certaines, des arbustes, voire des arbres, poussent et prennent des dimensions hors norme».

La norme, c’est le règlement, lequel stipule que «sont autorisés comme plantations permanentes, les rosiers nains, les espèces et variétés naines de conifères et d’arbustes ainsi que les plantes non envahissantes». La plantation à demeure d’arbres, arbustes ou autres plantes «qui, par leur croissance, empiéteraient sur une autre tombe», n’est pas admise.

Érables et frênes

Une promenade au cimetière suffit pour se convaincre que les arbres n’ont pas été plantés: c’est le vent qui a semé les graines d’érables et de frênes, à l’écart du village. Les autorités de Courtelary et de Cormoret demandent aux personnes concernées d’entreprendre les travaux nécessaires «pour que les allées du cimetière, ainsi que les tombes, ne soient plus encombrées par ces végétaux indésirables».

Les travaux d’entretien doivent être effectués avant le 15 août. «Passé ce délai, les travaux seront exécutés par le service de la voirie. Les communes se réservent le droit de facturer cette prestation aux familles concernées», avertissent les autorités. C’est une manière d’éviter la «Mort d’un Cimetière», titre d’un livre publié en 1989 par les frères Jacques et Luc Chessex sur le cimetière disparu de Territet (VD).

Votre opinion