Publié

Assemblée de l'UDCToni Brunner réélu, deux Romands à la vice-présidence

Oskar Freysinger (VS) succède à Yvan Perrin (NE) et le coordinateur romand Claude-Alain Voiblet intègre aussi l'équipe dirigeante.

Toni Brunner a été réélu samedi président de l'UDC.

Toni Brunner a été réélu samedi président de l'UDC.

Keystone

Les délégués du parti ont maintenu Christoph Blocher à la vice-présidence qui passe de 5 à 7 membres. Oskar Freysinger (VS) succède à Yvan Perrin (NE) et le coordinateur romand Claude-Alain Voiblet intègre aussi l'équipe dirigeante.

Réélu à l'unanimité à la tête du parti, Toni Brunner est reconduit pour un nouveau mandat de deux ans. La vice-présidence agrandie a été élue en bloc lors de l'assemblée des déléguées, à Klingnau (AG), par 414 voix contre 6.

Oskar Freysinger attaqué

L'élection de la vice-présidence ne s'est pas déroulée sans contestation. Plusieurs personnes ont demandé en vain que les vice-présidents soient élus les uns après les autres.

Une déléguée a en outre déclaré Oskar Freysinger «inéligible» après avoir critiqué à la télévision alémanique le président Toni Brunner pour sa mauvaise maîtrise du français.

L'UDC romande est désormais représentée par deux vice-présidents: le conseiller national Oskar Freysinger (VS) et le coordinateur romand du parti Claude-Alain Voiblet. Ce dernier, originaire du Jura bernois, fut candidat malheureux au gouvernement vaudois. Il est également secrétaire général de l'UDC vaudoise, député au Grand Conseil et président du législatif de Lausanne.

Également nouveau, le conseiller national argovien Luzi Stamm remplace l'ancien chef du groupe parlementaire Caspar Baader (BL). La Schwyzoise Judith Übersax a été élue en tant que présidente désignée des Femmes UDC, une innovation au sein de la vice- présidence du parti.

Christoph Blocher ovationné

Trois vice-présidents ont été réélus. Il s'agit de la conseillère nationale bernoise Nadja Pieren, de l'ex-conseiller national Walter Frey et du stratège Christoph Blocher, tous deux zurichois.

Ce dernier a été réélu malgré ses démêlés avec la justice dans l'affaire Hildebrand et les échecs électoraux subis par l'UDC depuis 2011. Plusieurs délégués ont rendu hommage au tribun.

Les délégués lui ont réservé une ovation debout. Le principal intéressé a pris la parole pour accuser les médias de faire campagne contre l'UDC et appeler à cesser les controverses internes.

Le doute avait plané au début de l'année sur la candidature ou non du conseiller national et ancien conseiller fédéral. Dans la presse, Christoph Blocher avait dans un premier temps déclaré «ne pas être accroché» à ses fonctions avant d'être tout de même proposé par la direction du parti.

(ats)

Votre opinion